Colis suspects, Donald Trump blâme les médias | Vu d′Allemagne | DW | 25.10.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Colis suspects, Donald Trump blâme les médias

Dans la presse, les suites de l’enquête concernant le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et l’actualité aux Etats-Unis avec la série de colis suspects envoyés à des détracteurs de Donald Trump. 

"Les bombes ont été envoyées par quelqu’un d’autre mais Donald Trump a fournit l’explosif“ : c’est le point de vue de la Süddeutsche Zeitung au sujet des colis piégés envoyés notamment à Barack Obama, Hillary Clinton, l'ancien vice-président démocrate Joe Biden ou encore la chaîne de télévision CNN. 
Alors que Donald Trump a accusé les médias d'être en "grande partie" responsables de la "colère" dans la société américaine, pour la Süddeutsche Zeitung en blâmant les médias, le président américain blâme les victimes. Il cherche le coupable au mauvais endroit.
Trump, écrit le journal, aurait dû insister sur le fait que la violence n’est pas de la politique. La violence doit toujours être condamnée, ce qu’il n’a pas fait. Au sujet de cette affaire, die Welt revient pour sa part sur les différentes réactions, notamment celle du chef de CNN qui a vivement critiqué les attaques verbales du président américain contre les médias. Dans un tweet Jeff Zucker estime que “la Maison Blanche a perdu toute compréhension de la gravité de ses attaques contre la presse.”

Portraitfoto: Mohammed bin Salman (picture-alliance/AP/A. Nabil)

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a assuré que "la justice prévaudra" dans l'affaire Khashoggi

Toujours des zones d'ombre dans l'affaire Khashoggi

La presse continue de suivre l’enquête concernant le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Une enquête qui, écrit  der Spiegel, se poursuit. Le journal s'intéresse notamment aux enregistrements vidéos et sonores qui seraient en possession des autorités turques et qui pourraient prouver le meurtre. Au sujet de ces enregistrements, die Berliner Zeitung relaie les informations du Washington Post selon lesquels le gouvernement turc aurait fait écouter les enrégistrements à la directrice de la CIA, Gina Haspel, lors de sa visite en Turquie. Alors que l’étau semble se resserrer autour de Ryad, la Frankfurter Allgemeine Zeitung rappelle toutefois que le gouvernement saoudien, soumis à une pression internationale considérable suite à l'affaire, s'est engagé à punir les responsables. 
Mercredi, l'héritier du trône, Mohammed bin Salman, soupçonné d'avoir commandité l'assassinat du journaliste, a condamné et qualifié ce meurtre "d’incident hideux" et promis "la justice."

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !