Coalition mondiale contre Daech à Marrakech | Afrique | DW | 12.05.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Coalition mondiale contre Daech à Marrakech

80 pays et organisations internationales réunis au Maroc pour discuter de la montée du terrorisme, notamment en Afrique.

Le Bénin a fait son entrée dans la coalition contre Daech

Le Bénin a fait son entrée dans la coalition contre Daech

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, s'est montré très avenant, ce mercredi [12.05.22] à l'heure d'accueillir la réunion de la Coalition mondiale contre Daech, un conclave international pour éradiquer la menace terroriste.

Le danger du séparatisme ?

C'est donc tout naturellement que le maître des lieux a pris la parole pour lancer les débats.

"Le séparatisme et le terrorisme sont souvent les deux faces d'une même pièce. Ceux qui financent, abritent, soutiennent et arment le séparatisme contribuent finalement à répandre le terrorisme, ainsi qu'à compromettre la sécurité de territoires en paix. Faisons bien attention, encourager le séparatisme, c'est bien être complice du terrorisme", a-t-il déclaré.

Lire aussi→Inquiétudes au Bénin suite aux attaques terroristes

Une allusion à peine voilée au Front Polisario, qui a repris les armes contre les forces marocaines au Sahara occidental. Mais Nasser Bourita a surtout voulu insister sur la menace terroriste en Afrique et les chiffres sont éloquents : 35 % des victimes d'attentats dans le monde l'ont été au Sahel, jusqu'à 48 % en Afrique subsaharienne. 

L'assistance financière de Washington 

Victoria Nuland assure que les membres de la coalition travailleront main dans la main pour faire barrage au terrorisme

Victoria Nuland assure que les membres de la coalition travailleront main dans la main pour faire barrage au terrorisme

Objectif de cette réunion donc : poursuivre l'engagement et la coordination internationale contre les exactions du groupe Etat islamique.C'est aussi cette voie qu'a décidé d'emprunter Victoria Nuland. La sous-secrétaire d'État américaine, co-présidente du sommet ,remplaçante d'Antony Blinken, testé positif au Covid-19 cette semaine.

"Nous sommes ici réunis avec un engagement partagé, celui d'infliger une défaite durable à l'État islamique .Notre travail est passé de la libération des territoires conquis par Daech en Irak et en Syrie à d'une part l'identification des régions du monde qui sont en train de devenir des terrains fertiles pour les groupes terroristes et d'autre part, à s'attaquer au problème à la source", a -t-elle dit.

Lire aussi→Togo et Ghana, les nouveaux refuges des djihadistes au Sahel

Autre moyen d'action pour Washington, l'investissement. Victoria Nuland a annoncé une aide de 119 millions de dollars à destination des pays d'Afrique subsaharienne pour améliorer les capacités des forces de l'ordre, des brigades civiles et des autorités judiciaires.