Chagos : bras de fer entre le Royaume-Uni et l′Ile Maurice | Afrique | DW | 22.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Chagos : bras de fer entre le Royaume-Uni et l'Ile Maurice

Chagos reste à ce jour la dernière colonie britannique d’Afrique transformée en base militaire. L’Ile Maurice veut récupérer l'archipel mais Londres a loué cette base aux États-Unis jusqu'en 2036.

Londres a accordé son indépendance à Maurice en 1968 mais sans l'archipel des Chagos qui est resté sous son autorité.

Entre 1968 et 1973, les autorités britanniques ont forcé près de 2.000 habitants de l'archipel à s'installer à Maurice, aux Seychelles et au Royaume-Uni pour pouvoir installer une base militaire sur l'île principale, Diego Garcia.

Ensuite,  Londres a loué cette base aux États-Unis jusqu'en 2036.

En mai, l'Assemblée générale des Nations unies a également demandé au Royaume-Uni de céder le contrôle des îles Chagos à Maurice.

La date limite est fixée au 22 novembre 2019.

Une manifestation est organisée à cette occasion par Olivier Bancoult, avocat originaire des Chagos qui a été réinstallé de force durant son enfance à Maurice.

Il se bat depuis lors pour que les descendants des anciens habitants de l’ile soient autorisés à revenir.

"Nous continuons à exercer des pressions et ici, au même moment à Maurice, nous manifesterons devant La commission britannique contre le manque de respect des Britanniques pour la résolution de l'ONU."

Mais la résolution n'est pas contraignante au regard du droit international. Rien n'indique que le Royaume-Uni s'y conforme.

Le Royaume-Uni n’a pas de plan B

Alan Duncan, secrétaire d´état au Foreign Office britannique a d'ailleurs déclaré n’avoir aucun doute sur la souveraineté britannique sur l’archipel des Chagos.

Mais Londres s'est engagé à céder la souveraineté territoriale à Maurice à long terme, si la zone n'est plus jugée stratégique par les militaires.

Pour l’avocat britannique Phillipe Sands, qui conseille le gouvernement de l’Ile Maurice, la réticence du gouvernement britannique est liée à sa position dans une nouvelle situation mondiale.

"Le Royaume-Uni est une puissance politique très limitée. Il a perdu un certain nombre de résolutions des Nations unies et je pense qu'il a encore besoin de temps pour le voir. Mais à la fin, il acceptera la décision de l'ONU."

En attendant que les deux parties trouvent une issue commune, les descendants de Chagos n’espèrent qu’une chose : pouvoir rentrer enfin chez eux.