L′armée centrafricaine veut mettre fin à l′impunité dans ses rangs | Afrique | DW | 30.07.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Justice

L'armée centrafricaine veut mettre fin à l'impunité dans ses rangs

Plusieurs officiers et sous-officiers ont été condamnés pour abandon de poste, vente d'armes et violence contre des civils.

C'est un procès qui pourrait servir de modèle dans la reconstruction difficile de l'armée depuis la prise de pouvoir par la Séléka en mars 2013.

Ce vendredi (30. 07.2021 ) à Bangui, plusieurs militaires ont été condamnés à l'issue d’un procès devant le Tribunal militaire permanent qui a débuté ses travaux lundi ( 26.07.2021 ).

Ces militaires ont été reconnus coupables d'abandon de poste devant l’offensive des rebelles, de vente d'armes et effets militaires et aussi d’avoir commis des actes de violence à l’encontre de civils.

Lire aussi : Regain d'insécurité inquiétant à Bangui

"On a passé en revue l'essentiel de la déposition des témoins, les prévenus ayant été entendus, il est temps que vous preniez la parole pour votre réquisitoire".

Le procureur militaire a ainsi lancé les réquisitoires sous le regard des prévenus, tous habillés d'une tenue orange et accompagnés de leurs avocats. 

"Les prévenus poursuivis dans le cadre de délit d'abandon de poste, de refus d'obéissance et de violation des consignes militaires ont été sanctionnés déjà sur le plan militaire par leurs chefs hiérarchiques. Sur le plan militaire, ils ont commis la faute et la conséquence sur le plan pénal c'est cette procédure que nous sommes en train de faire aboutir " a précisé Benoit Narcisse Foukpio le procureur militaire.

Séance de formation des soldats centrafricains.

Séance de formation des soldats centrafricains.

Lire aussi : Exactions en Centrafrique, Amnesty tire la sonnette d'alarme

" Le début de la fin de l'impunité "

Plusieurs officiers, sous-officiers et simples soldats ont été condamnés à des peines de prison allant de deux à sept ans d’emprisonnement. Mais également un commissaire divisionnaire de police, Arsène Laki, condamné pour avoir brutalisé une femme dans l'exercice de ses fonctions. 

Lire aussi : La Cour pénale spéciale lance ses travaux en RCA, espoir pour les victimes
Le chef d'escadron Gregoire Dangavo Gbéï voit pour sa part dans ce procès le début de la fin de l'impunité au sein de l'armée. Selon lui " à un moment, la justice ne s'est pas mise en branle pour sanctionner certaines infractions ce qui fait que beaucoup de militaire commettent des infractions qui restent impunies et ça donne une impression d'impunité qui fait que tout le monde baigne dans l'indiscipline.

Écouter l'audio 01:50

Cliquez pour écouter les précisions de Jean Fernand Koena

Ce procès est en train de montrer aux yeux du monde que l'armée veut sanctionner les délinquants en son sein" se réjouit-il.

Le procureur a estimé que ces condamnations pourraient aussi être dissuasives face au regain de criminalité dans le pays.

Ce procès devant le Tribunal militaire permanent a précédé d’autres affaires qui seront jugées à partir de la semaine prochaine, cette fois devant la Cour martiale.