Centième anniversaire du droit de vote des femmes en Allemagne // La difficile vie quotidienne de la minorité slavo-macédonnienne en Grèce | Vu d′Allemagne | DW | 14.11.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Centième anniversaire du droit de vote des femmes en Allemagne // La difficile vie quotidienne de la minorité slavo-macédonnienne en Grèce

L'Allemagne fête le centième anniversaire du droit de vote des femmes cette semaine, autorisé depuis le 12 novembre 1918. Un siècle qui n'a pas permis de gommer les inégalités en politique. Dans ce magazine aussi : rencontre avec la minorité slavo-macédonnienne de Grèce toujours brimée alors même que la Macédoine va changer de nom pour faire plaisir à Athènes.

Écouter l'audio 13:34

Le mois de novembre est marqué par de nombreuses dates historiques en Allemagne. Nous vous parlions du 9 novembre dans le dernier numéro de Vu d'Allemagne. Retour cette semaine, sur le 12 novembre 1918 qui marque l'ouverture du droit de vote aux femmes dans la République fédérale. Un siècle après le pays vient de fêter ce droit, avec notamment une cérémonie à Berlin au cours de laquelle s'est exprimée Angela Merkel, non sans humour. "Plus personne ne se moque d'une petite fille aujourd'hui quand elle dit qu'elle veut devenir ministre ou même chancelière. Et à ce qu'il paraît, à la fin de l'année dernière, on s'est même demandé si on pouvait donner le poste de chancelier à un homme", a-t-elle dit lundi, au musée historique allemand de Berlin. 

Les femmes sous-représentées à tous niveaux

La chancelière tenait un discours où elle revenait notamment sur la place des femmes en politique. "Une hirondelle ne fait pas le printemps. Le fait que je sois chancelière ne doit pas servir d'alibi", a-t-elle déclaré en évoquant la faible place des femmes élues en politique. Elles étaient jusqu'à près de 37% de députées au Bundestag lors de la législature précédente, mais ne sont aujourd'hui, depuis les élections de 2017, plus que 30,5%. "Et ce n'est pas mieux dans les parlements régionaux ou dans les conseils municipaux", ajoute Cécile Weidhofer, de l'académie européenne pour les femmes en politique et en économie. 

Réforme constitutionnelle en Allemagne ?

Invitée de Vu d'Allemagne cette semaine, Cécile Weidhofer revient sur les débats actuels autour de la place des femmes en politique. "Il y a des débats actuellement en Allemagne, pour savoir s'il faut une loi sur la parité, comme cela existe en France actuellement", explique-t-elle. "Aujourd'hui le problème n'est pas qu'il n'y ait pas de femmes en politique, mais qu'on ne leur donne pas la chance d'être élue ou d'occuper des postes à responsabilité. Quand une femme est 12ème sur une liste électorale, c'est compliqué de se faire une place", insiste-t-elle. 

100 Jahre Frauenwahlrecht (picture-alliance/ G. Fischer)

La ministre de la justice allemande Katarina Barley (SPD)

Un changement de système électoral est, selon Cécile Weidhofer, légitime et nécessaire. "On voit que le nombre de femmes au Bundestag a baissé par rapport à la dernière législature. Et le taux de femmes élues lors des dernières élections en Bavière est le même qu'il y a 20 ans en arrière ! Les choses ne se font pas naturellement.

La ministre de la justice Katarina Barley évoque régulièrement le sujet. Des débats sur la question ont aussi lieu au niveau régional, notamment dans la région du Brandebourg, voisine de Berlin. "Il faut juste espérer que ce n'est pas juste un coup de pub dans la presse par rapport au 12 novembre", insiste Cécile Weidhofer. "La société civile, dans le cinéma ou la médecine, tente aussi de promouvoir des quotas pour les femmes", dit-elle en espérant que la classe politique prenne le sujet au sérieux. 

Inégalité en politique, mais pas que ... 

En 2015, pour plus de parité dans la société en générale, l’Allemagne avait imposé, dans les conseils de surveillance d'une centaine d'entreprises allemandes cotées en bourse, de respecter un seuil minimum de 30% de femmes. Mais il n'est pas rare qu'une femme doivent cesser de travailler, ou doivent repousser son retour en entreprise après un accouchement, faute de structures d'accueil pour les jeunes enfants. Et les inégalités de salaires entre hommes et femmes sont encore parmi les plus fortes d'Europe, à plus de 21% en 2018 selon Eurostat. 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++

La minorité slavo-macédonnienne brimée en Grèce

Mazedonien Referendum Umbenennung Namensstreit (AFP/Getty Images/A. Nimani)

"Stop au racisme grec". Des manifestants à Skopje, en Macédoine, contre le changement de nom du pays, fin septembre dernier.

Dans le seconde partie de ce magazine, Vu d'Allemagne prend la direction la Grèce. Le pays du Sud-Est de l'Europe est en train de régler un conflit vieux de 25 ans avec son voisin, la Macédoine, qui sera bientôt la République de Macédoine du Nord. Changement de nom pour faire plaisir à Athènes. 

La Macédoine était le nom du pays depuis son indépendance en 1991, mais Athènes ne l'acceptait pas, jugeant qu'il doit être réservé à sa région autour de Thessalonique (qui représente presque 35% du territoire). Cela devrait donc changer prochainement ouvrant du même coup les portes de l'Union européenne et de l'Otan à la Macédoine. 

Ce qui ne changera pas de suite en revanche, c'est le quotidien de la minorité slave-macédonnienne, réprimée dans le nord de la Grèce. Des hommes et des femmes qui vivent donc en Grèce mais pas tout à fait comme ils l'aimeraient ... Thomas Jacobi nous emmène à leur rencontre.

Retrouvez tous les numéros du magazine Vu d'Allemagne dans la médiathèque ou abonnez-vous au podcast !

Liens