Canicule, Angela Merkel devant la presse ... l′actu de la semaine en Allemagne // Pontedevra, la ville sans voiture en Espagne | Vu d′Allemagne | DW | 08.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Canicule, Angela Merkel devant la presse ... l'actu de la semaine en Allemagne // Pontedevra, la ville sans voiture en Espagne

Votre magazine sur la République fédérale revient sur l'actualité de la semaine en Allemagne. Il est question de canicule, de la conférence de presse estivale d'Angela Merkel, d'un plan pour améliorer l'accueil dans les services des urgences allemands ou encore d'histoire coloniale. En deuxième partie, direction Pontevedra, en Espagne. La ville a banni les voitures de ses rues.

Écouter l'audio 13:14

La canicule continue de frapper la République féderale en cet été 2019. On attend jusqu'à 41 degrés cette semaine. Des températures qui feront sourire nos auditeurs à Ouagadougou ou à Bamako, mais qui sont très élevées pour l'Allemagne, dignes du livre des records disent d'ailleurs les prévisionnistes allemands !

Des milliers d'hectares de forêts détruits

Avec ces températures, l'été bat son plein en Allemagne. Toutes les écoles du pays seront d'ailleurs en vacances dès lundi 29. Les élèves de Bavière étaient encore à l'école jusqu'ici. Pour ceux qui travaillent, la situation est plus compliquée. Les températures records provoquent des inquiétudes aussi chez les agriculteurs, déjà en manque d'eau. Des mesures de restriction ont été prises dans plusieurs villes du pays. Le risque d'incendie est au plus haut. 

Ecoutez et lire aussi → En 2018 déjà : sécheresse et mauvaises récoltes pour les agriculteurs allemands

Les conséquences de la canicule de cette année et de l'année précédente sont déjà bien visibles pour tout le monde. "Il n'y a même pas besoin d'aller en forêt, quand on regarde dans les rues. Les platanes ont déjà perdu beaucoup de feuilles, comme si c'était l'automne", expliquait cette semaine la biologiste et journaliste de Deutschlandfunk Britta Fecke. "Les arbres sont en état de stress, infestés de champignons car ils doivent combattre la sécheresse et n'ont pas réussi à bourgonner assez. Et dans la forêt ce sont toutes les espèces qui sont concernées, pas seulement les épicéas qui sont morts par rangées entières. Aussi les hêtres, les chênes ...

En plus du manque d'eau, les arbres allemands, faibles, sont attaqués par les scolytes, des petits insectes qui pondent sous l'écorce des arbres et peuvent les faire mourir. Dans toute l'Allemagne, depuis l'an dernier, insectes, tempêtes et sécheresses ont détruit 110.000 hectares de forêt selon l'association des propriétaires de forêts ! 

Femmes de pouvoir

Angela Merkel Sommerpressekonferenz Berlin (Reuters/H. Hanschke)

Angela Merkel devant la presse le 19 juillet

L'actu cette semaine c'est aussi la conférence de presse estivale d'Angela Merkel, la chancelière allemande, qui a au passage fêté ses 65 ans le 17 juillet. À Berlin, devant les journalistes, la chancelière a déploré le soutien de Moscou aux partis populistes. La chancelière a également apporté son soutien aux femmes élues démocrates américaines attaquées par le président Donald Trump. 

Elle a assuré que son gouvernement allait faire plus pour le climat, notamment sous la pression des manifestations Fridays for Future. Des propositions concrètes doivent être faites le 20 septembre prochain. Angela Merkel a aussi rassuré sur son état de santé et ses tremblements dont on vous parlait il y a peu. 

Ecoutez et lire aussi → Angela Merkel tremble

Enfin, elle a enfin salué la nomination d'une femme allemande, sa désormais ancienne ministre de la Défense, à la tête de la Comission européenne. "C'est une bonne nouvelle pour l'Europe à mes yeux, à savoir qu'Ursula von der Leyen a été élue à la tête de la Commission européenne par le Parlement européen et, du point de vue allemand, nous pouvons être fiers qu'après plus de 50 ans, une Allemande soit à nouveau à la tête de la Commission et qu'elle soit la première femme à la tête de la Commission", a dit la chancelière. 

C'est celle qui est présentée comme la dauphine de la chancelière, Annegret Kramp Karrenbauer, AKK, qui a donc pris le poste de ministre de la Défense pour remplacer la nouvelle président de la Commission européenne. La passation de pouvoir entre les deux, à laquelle asssistait Angela Merke, a d'ailleurs donné lieu à une photo très symbolique : trois femmes de pouvoir, assises tout sourire. Elles se regardent, complices, sans aucun homme autour.

Annegret Kramp-Karrenbauer Ursula von der Leyen Angela Merkel (picture-alliance/dpa/S. Yuqi)

Annegret Kramp-Karrenbauer, Ursula von der Leyen et Angela Merkel à Berlin le 17 juillet

L'image doit servir d'exemple pour certains, mais n'est pas du goût de tous ... Le quotidien Bild, habitué aux polémiques, a publié le cliché avec le titre "Pourquoi cette photo nous met en colère" ! On a cru lire sentir un peu de frustration et de machisme... 

Il faut des logements !

Un chiffre cette semaine qui fait l'actu : 341.700. C'est le nombre de logements qu'il faudrait construire en Allemagne cette année et l'an prochain, pour répondre aux besoins toujours plus importants. Un chiffre calculé par l’Institut privé économique allemand, l'Institut der deutschen Wirtschaft. C'est dans les grandes villes telles que Francfort, Berlin ou Cologne que le manque de logements se fait le plus ressentir. Dans la capitale par exemple, seul 73% des besoins en nouveaux logements sont couverts. C'est même 46%, moins de la moitié, à Cologne ! On est à soixante-dix pourcents en moyenne dans tout le pays. 

Deutschland | Mieterprotest | Plakat (imago/Seeliger)

Le manque de logements fait augmenter les prix ... et la contestation, comme ici à Berlin

En réaction, l'association des villes allemandes, le Deutsche Städtetag, a appellé notamment à supprimer un certain nombres de normes contraignantes dans le milieu de la construction, pour bâtir plus vite. 

Désengorger les urgences

Il veut en finir avec les services d'urgence saturés et réduire le temps d'attente. Le ministre fédéral de la Santé allemand Jens Spahn l'a annoncé cette semaine. "Le but est de surtout d'organiser les urgences des hôpitaux de telle façon à ce que les patients qui ont besoin de soins rapides reçoivent ces soins rapidement", expliquait le ministre. Aujourd'hui des patients qui nécessitent des soins urgents doivent parfois attendre longtemps car les urgences sont surchargées. 

Pour éviter que ça continue à l'avenir, les patients pourraient être amenés à appeler un numéro de téléphone avant de se rendre aux urgences. On déterminerait alors si c'est urgent ou si une visite dans un service de médecine classique suffit. Ceux qui ne respecteraient pas cette procédure devraient payer davantage, ils seraient moins remboursés par leurs assurances. Pour l'heure aucune date n'a été donnée pour les détails et la mise en place de la réforme. 

Hommage aux résistants de l'époque coloniale

Berlin Zugführer Martin Dibobe (BVG-Archiv)

Martin Dibobe était conducteur de train à Berlin

Et puis une autre initiative cette semaine : celle venue de Berlin où une plaque honore depuis lundi dans la Wilhelmstrasse la mémoire des signataires de la pétition Dibobe. Du nom de Martin Dibobe. Ce conducteur de train berlinois originaire de Douala avait, au début du siècle dernier, initié une pétition avec dix-huit autres personnes. Adressée à l'Assemblée nationale et aux autorités de l'époque, elle protestait contre la violation systématique des droits humains alors qu'on négociait sur le sort des colonies après la première guerre mondiale. 

Ecoutez et lire aussi → Il y a cent ans : l'Allemagne "humiliée" par le traité de Versailles

La pétition reste comme l'un des documents de résistance les plus importants dans l'histoire coloniale allemande. 

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Pontevedra, la ville sans voiture

Dans la deuxième partie de Vu d'Allemagne, on se rend à Pontevedra en Espagne. Ville en bord de mer dans le Nord Ouest, elle compte 84 000 habitants ... Et à la particularité de ne pas avoir de voitures, ou presque ! La circulation se fait principalement à pied. C’est en 1999 que les voitures ont peu à peu été chassées du centre-ville. Soixante pourcents des déplacements se font aujourd'hui à pied. Il y a donc beaucoup moins de bruit et on respire mieux : en vingt ans, les émissions de CO2 ont diminué de soixante pourcents. 

Alors comment est-ce possible ? Accepté par la population ? Henry de Laguérie nous emmène à la découverte de cette ville exceptionnelle. 

Retrouvez tous les numéros du magazine Vu d'Allemagne dans la médiathèque ou abonnez-vous au podcast !

La rédaction vous recommande

Liens