Cameroun : Wilfried Siewe a été libéré | Afrique | DW | 08.12.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Cameroun : Wilfried Siewe a été libéré

Cet ingénieur né au Cameroun et de nationalité allemande était détenu au Cameroun depuis février 2019.

Wilfried Siéwé a passé 18 mois dans la prison centrale de Yaoundé, située à Kondengui

Wilfried Siéwé a passé 18 mois dans la prison centrale de Yaoundé, située à Kondengui

Samedi 5 décembre dernier, Wilfried Siewe a été libéré de la prison de Yaoundé, où il séjournait depuis presque deux ans.

Christoph Hoffmann, député allemand du parti FDP (libéral-démocrate), chargé des questions de développement, s'est dit "heureux" de la libération de Wilfried Siewe. Hoffmann qui rappelle par ailleurs que le président Paul Biya a lui aussi mis en place une initiative dans un but de dialogue et a libéré "quelques prisonniers".

Accusé de sympathie avec l'opposition et de révolte en prison

Au début de l'année 2019, cet ingénieur, qui travaillait pour Siemens et qui habitait à Erlangen, en Bavière, s'était rendu avec sa femme et ses enfants en vacances dans son pays natal. Sauf qu'à la différence du reste de sa famille, Wilfried Siewe n'a pas pu rentrer en Allemagne : au moment de repartir, il s'est fait arrêter par les autorités, qui l'ont accusé de sympathie avec l'opposition. C'est du moins ce que les autorités camerounaises en ont conclu après avoir trouvé dans son téléphone des photos et des vidéos allant dans ce sens. D'autres sources citent également la possession de deux ouvrages, "L’urgence de la pensée" de Maurice Kamto et "L’argent, la servitude et la liberté" de l'économiste camerounais Joseph Tchundjang Pouemi.

Wilfried Siewe, qui est resté par la suite en détention, a toujours nié ces accusations. La situation s'est ensuite empirée, puisqu'en août dernier, l'ingénieur a été accusé et condamné d'avoir participé à une révolte au sein de la prison centrale de Yaoundé, située à Kondengui, où il était détenu. Une condamnation pour laquelle les avocats de Siewe avaient fait appel. Les autorités camerounaises ont toutefois annulé à plusieurs reprises les dates prévues pour le procès, sans aucune raison.

Une condamnation en appel

Finalement, le 29 octobre, Wilfried Siewe a été condamné à 16 mois de prison en appel. Le Tribunal de Yaoundé a néanmoins pris en compte le temps qu'il avait passé en prison. D'où cette libération le 5 décembre dernier. 

D'après les informations de la DW, Wilfried Siewe est rentré ce lundi 7 décembre en Allemagne.

 

Audios et vidéos sur le sujet