Cameroun : l′opposition veut annuler la présidentielle | Afrique | DW | 13.10.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Cameroun : l'opposition veut annuler la présidentielle

Plusieurs partis dénoncent des fraudes au scrutin du 9 octobre. Mais la Cour suprême, qui doit statuer sur les recours en annulation, est également chargée de publier les résultats définitifs.

default

Le parti SDF de John Fru Ndi, principal adversaire de Paul Biya, dénonce des irrégularités

C’est au cours d’une audience publique que la Cour suprême devrait annoncer, le 21 octobre, les résultats finaux de l'élection présidentielle. Mais déjà, une dizaine de partis politiques, dont le SDF (Social Démocratique Front), principale formation politique de l’opposition, ont saisi la Cour pour une annulation du scrutin. Ils évoquent, preuves à l'appui, l'existence de votes multiples et des pénurie de bulletins dans certains bureaux. Selon eux, cette situation met en doute la crédibilité des résultats.

En l’absence d’une Cour constitutionnelle, la Cour Suprême est le dernier maillon de la chaîne et doit donc jouer un double rôle. Une question qui aurait dû trouver sa solution avant le scrutin, estime le politologue Mathias Owona Nguini.

Wahl in Kamerun

Paul Biya est à peu près sûr de sa réélection

Une élection calme mais qui ne déplace pas les foules

Si les observateurs électoraux se sont félicités du calme observé le jour du scrutin, ils ont toutefois noté une faible participation des Camerounais à la présidentielle. Actuellement, les commissions départementales de supervision de la présidentielle font le décompte des suffrages de leur département. Et elles ont jusqu'à demain vendredi pour le faire. Les commissions peuvent corriger les procès verbaux en cas d’erreur, mais pas les annuler.

Tout indique que le Président Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, sera réélu pour un sixième mandat, cette fois de sept ans. La France, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, a jugé le scrutin acceptable.

Auteur : Nadhel Diallo
Edition : Georges Ibrahim Tounkara, Anne Le Touzé

La rédaction vous recommande