Covid-19 : que sait-on au Cameroun sur le variant B.1.640.2 ? | Afrique | DW | 06.01.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Covid-19 : que sait-on au Cameroun sur le variant B.1.640.2 ?

Découvert en France sur une personne de retour du Cameroun, l’Organisation mondiale de la santé parle d’un "variant sous surveillance".

Ce nouveau variant du coronavirus découvert en France a été détecté sur une personne revenant du Cameroun. Que sait-on au Cameroun au sujet de ce virus ?

Voici la réponse de l’épidémiologiste camerounais Yap Boum, fondateur d’Epicentre pour l’Afrique.

(Cliquez sur l'image ci-dessous pour écouter l'entretien)

Écouter l'audio 02:10

"Nous poursuivons le séquençage" (Professeur Yap Boum)

DW : Que pouvez-vous nous dire sur ce variant ?

Professeur Yap Boum : Ce que l’on sait, c'est ce qu'on a vu dans les médias. C'est ce qu'on a vu dans la publication qu'on appelle "pré-print". C'est une publication qui n'a pas été validée par la communauté scientifique, mais qui a un résultat qui peut être intéressant. On a vu effectivement qu'une personne qui serait passé par le Cameroun aurait un variant qui pourrait être préoccupant. A ce jour, on n'a pas vu les séquences publiées, on n'a pas plus d'informations que ça. Nous suivons cela de près et nous continuons pour avoir des séquences locales afin de pouvoir comparer et voir si nous avons ces variants qui circulent chez nous.

DW : Où en êtes-vous en matière de séquençage au niveau local ?

Professeur Yap Boum :  En termes de recherche, ce qu'il faut dire, c'est qu'un nombre important d'échantillons ont été prélevés. Notamment, on sort des fêtes de fin d'année. Il y a un criblage qui est réalisé au niveau des différents laboratoires. Maintenant, le Cameroun finalise la mise en place du séquençage dans cinq laboratoires. Il faut savoir que nous mettons en place un réseau de laboratoires qui font du séquençage du côté de Yaoundé. On en a quatre, dont un du côté de Garoua. L'objectif étant de pouvoir en temps réel avoir les séquences générées. Ce processus, malheureusement, n'est pas complètement finalisé. On a encore besoin d'avoir des confirmations. On espère que dans les semaines à venir, on pourra avoir la confirmation des variants en circulation au Cameroun. C'est une question de patience, dans quelques jours, on pourra avoir plus de précisions.

 DW : Peut-on comparer ce nouveau variant à  Omicron en termes de symptômes par exemple ? Où est-ce prématuré ?

Professeur Yap Boum : C'est très prématuré. Un variant est un virus qui a un nombre de mutations important. Si on le trouve chez une personne ça ne représente pas grand chose. Par contre, si on le retrouve sur 10, 15, 20, 30 personnes, on peut regarder et voir s’il s’agit d'une forme sévère ou pas. Pour le moment, c'est extrêmement prématuré pour pouvoir se prononcer.