Côte d′Ivoire : Alassane Ouattara peut-il briguer un troisième mandat ? | Arbre à palabre | DW | 17.07.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara peut-il briguer un troisième mandat ?

L’inhumation du Premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly, décédé subitement le 8 juillet, a eu lieu ce 17 juillet 2020 à Korogho (Nord). En attendant, une question est sur toutes les lèvres : en vertu de l’actuelle Constitution révisée en 2016, le président Alassane Ouattara peut-il briguer un autre mandat lors de la présidentielle du 31 octobre ?

Écouter l'audio 37:47

Des milliers d'habitants de Korhogo ont acclamé mercredi (15.07) la dépouille du Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly décédé le 8 juillet dernier. En mars, il avait été désigné par sa formation politique, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Déséquilibre

La Cour africaine des droits de l'Homme (CADH), qui avait été saisie par le PDCI-RDA, a déclaré le mercredi 15 juillet que la mise en place des commissions électorales locales en Côte d'Ivoire était déséquilibrée en faveur du parti au pouvoir, le RHDP, à trois mois de la présidentielle.

La Cour note "un déséquilibre manifeste du nombre de présidences des Commissions électorales locales proposé par le parti au pouvoir".

La grande majorité des 558 commissions locales sont présidées par le parti au pouvoir, selon les statistiques officielles.

L'arrêt demande au gouvernement "de prendre les mesures nécessaires pour garantir que de nouvelles élections (...) soient organisées aux niveaux locaux".

La Cour relève aussi "l'absence d'un mécanisme approprié pour nommer des membres de l'organe électoral issus de la société civile et des partis politiques, en particulier les partis d'opposition".

L'ancien Président Henri Konan Bédié

L'ancien Président Henri Konan Bédié

Toutefois, la Cour souligne que "les requérants n'ont pas établi que l'organe électoral créé par l'État défendeur est composé de membres qui ne sont ni indépendants ni impartiaux (...) et qu'il n'inspire manifestement pas confiance aux acteurs politiques. L'examen du processus de réforme n'a révélé rien de tel".

En attendant, une question est sur toutes les lèvres : l’actuelle Constitution révisée en 2016 autorise-t-elle le président Alassane Ouattara à briguer un autre mandat lors de l’élection présidentielle du 31 octobre ? C’est le sujet du débat sous l’Arbre à Palabre présenté par Eric Topona. Les invités sont :

- Joël N'guessan, ancien ministre et membre du Conseil politique du RHDP au pouvoir.

- Franklin Nyamsi, professeur agrégé de philosophie dans l'académie de Rouen-Normandie (France) et conseiller politique de l'ancien président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro.

- Sylvain N'Guessan, docteur en théories politiques et analyste de la vie politique ivoirienne. Il dirige à Abidjan l’Institut de Stratégies.

Pour écouter l’intégralité du débat, cliquez sur la photo (au centre).