Bye-bye, Bibi | Vu d′Allemagne | DW | 19.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Bye-bye, Bibi

L'issue incertaine des élections législatives en Israël est à la Une des journaux allemands. Il est également question des mesures en faveur du climat que doit adopter la coalition au pouvoir à Berlin, vendredi. 

Wahlen in Israel- Benjamin Netanyahu (Getty Images/AFP/M. Kahana)

Les commentateurs allemands voient déjà Benjamin Netanyahu sur le départ

La fin du règne de Benjamin Netanyahu - Bibi comme il est surnommé - semble se préciser si l'on en croit les commentateurs. Alors que la Frankfurter Allgemeine Zeitung qualifie le Premier ministre d'affaibli, la Süddeutsche Zeitung va plus loin et titre déjà "Bye-bye, Bibi".

Benjamin Netanyahu laisse un héritage empoisonné, écrit le quotidien de Munich : un pays divisé et endoctriné, où le religieux domine et qui navigue sans but. Quelque soit le gouvernement qui attend les Israéliens, sa tâche sera tout sauf simple, estime la SZ.

die Tageszeitung espère de son côté une coalition libérée des partis religieux. Cela permettrait de mettre fin aux privilèges des juifs orthodoxes, notamment dans le système éducatif où ces derniers jouissent d'une autonomie culturelle dont ne peuvent que rêver les citoyens arabes. Avec ces élections, la séparation de l'Etat et de la religion en Israël semble enfin à portée de main, écrit le journal.

Le gouvernement allemand attendu au tournant sur le climat

Demain, vendredi, alors que des manifestations en faveur du climat sont attendues un peu partout dans le monde, le gouvernement souhaite adopter un paquet de nouvelles mesures environnementales pour tenter, envers et contre tout, d'atteindre ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2020.

BdT - Deutschland Fridays for Future Schriftzug in einem Maisfeld (picture-alliance/dpa/F. Kirchner)

En Allemagne, un agriculteur a formé un labyrinthe géant dans son champ de maïs, en l'honneur de Greta Thunberg, l'égérie du mouvement "Fridays for Future"

Des mesures dévoilées en partie par Olaf Scholz, le vice-chancelier social-démocrate, qui publie une tribune dans la Frankfurter Allgemeine. Toutes les décisions à venir sont des projets de grande envergure qui prendront du temps et coûteront beaucoup d'argent. Mais, écrit celui qui est également ministre des Finances, nous devons y faire face. Comme nous avons fait face à la modernisation des infrastructures en ex-Allemagne de l'est, durant ces 30 dernières années, ces 30 prochaines années doivent être consacrées à la mise en place d'infrastructures exemptes, en grande partie, de CO2.

Der Tagespiegel estime de son côté que quelles que soient les décisions présentées demain par le gouvernement allemand, elles resteront insuffisantes vu l'ampleur de la tâche. Mais ce n'est pas une raison pour se résigner ou devenir cynique. Mieux vaut, au contraire, reprendre la phrase devenue fameuse de la chancelière Angela Merkel : "Wir schaffen das - Nous y arriverons". Ce qui s'appliquait en 2015, à la crise migratoire, vaut, aujourd'hui pour le climat.

 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !