Burundi : Agathon Rwasa fustige le manque d’indépendance de la Céni | Afrique | DW | 25.05.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Burundi : Agathon Rwasa fustige le manque d’indépendance de la Céni

La Commission électorale nationale indépendante va proclamer cet après-midi les résultats des élections générales au Burundi, notamment la présidentielle. L'opposant Rwasa accuse la Céni d’être inféodée au pouvoir.

Selon les résultats partiels portant sur 105 communes, le candidat du parti au pouvoir, Évariste Ndayishimiye obtient la majorité absolue des voix dans 101 communes. Dans les quatre communes où il est battu, il ne fait pas moins de 43% des voix et obtient au moins 70% des suffrages dans 66 communes et plus de 50% dans 35 autres.

Le président de la Céni, Pierre-Claver Kazihise réfute les accusations de l‘opposition

Le président de la Céni, Pierre-Claver Kazihise réfute les accusations de l‘opposition

Depuis des mois, l'opposition critique la Commission électorale nationale indépendante, la jugeant favorable au parti au pouvoir, le CNDD-FDD. Les membres de la Céni se voient également reprocher de ne pas publier toutes les listes électorales avant le scrutin.

En plus, le jour du vote (20.05.2020), le gouvernement avait refusé toute mission d'observation de l'ONU et de l'Union africaine, créant un peu plus le doute chez les opposants.

L'annonce il y a quatres jours de premiers résultats provisoires favorables au parti présidentiel n'a rien arrangé, poussant la Commission électorale à procéder à des clarifications.

"La compilation des résultats se fait à partir des bureaux de vote. Il y a eu le comptage dans les bureaux de vote et le comptage est terminé. C’est plutôt les résultats proclamés après le comptage final qu’il faut effectivement communiquer à la population. Sinon les étapes intermédiaires ne démontrent rien du tout" explique le président de la Céni, Pierre Claver Kazihise.

L’opposition toujours méfiante

Les propos du président de la Céni ne rassurent pas l'opposition. Le Conseil national pour la liberté (CNL) a dénoncé l’arrestation de ses membres dans les bureaux de vote et des fraudes massives. Une situation qui décrédibilise encore plus le travail de l’instance en charge des élections.

"Que les uns et les autres respectent le verdict des urnes. Si on a les procès-verbaux, nous utiliserons les procédures qui sont reconnues par la loi nous allons toutes les utiliser et voir si on peut avoir gain de cause", avertit Agathon Rwasa.

Écouter l'audio 02:25

Les explications de notre correspondant au Burundi, Antéditeste Niragira

La Céni continue cependant d'assurer qu'elle est réellement indépendance. Même si à plusieurs endroits, le CNL a dénoncé qu'il y avait plus d'agents de bureaux de vote proches du parti au pouvoir, qu'il aurait fallu.

De son côté, la Commission nationale indépendante des droits de l'homme appelle au calme.

"La CNIDH trouve que la population burundaise a atteint une maturité légendaire pour prendre en main la destinée de la nation. La CNIDH recommande aux adversaires politiques de respecter le verdict des urnes car, la voie des urnes est la voie de la paix", soutient Sixte Vigny Nimuraba, le président de la Commission nationale indépendante des droits de l'homme.

La proclamation des résultats provisoires des élections générales du 20 mai devrait intervenir à 12H Temps universel ce vendredi.