Brexit sans accord : quelles conséquences économiques ? | International | DW | 13.03.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Brexit sans accord : quelles conséquences économiques ?

Les députés britanniques doivent se prononcer ce mercredi soir une sur la possibilité de sortir de l'Union européenne sans aucun accord. La DW se penche sur les conséquences qu'aurait une telle décision.

C'est un nouveau vote à risque qui doit se tenir ce mercredi soir à Londres. Un vote sur une sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni sans accord, l'option dite du "no deal". Les députés anglais doivent dire s’ils sont pour ou contre cette option, alors qu'ils ont déjà rejeté hier soir l'accord négocié avec l'Union européenne.

Une sortie sans accord serait pour beaucoup synonyme de conséquences néfastes pour les Britanniques et inquiètent les milieux économiques depuis des mois. Selon l'analyste de la banque allemande Robert Halver, tout le monde s'attend au pire, même si il est difficile de prévoir les conséquences précises. "Personne n'a de plan sur la façon de procéder, c'est le chaos", estime-t-il.

Großbritanien | Theresa May spricht im Unterhaus | Brexit | London (Reuters/UK Parliament/J. Taylor)

"Je continue de croire que le meilleur résultat, et de loin, est que le Royaume-Uni et l'Union européenne concluent un accord de manière ordonnée", a dit Theresa May mardi soir

Hausse du chômage

Parmi les prévisions concrètes, la Banque d’Angleterre, qui travaille sur le sujet depuis plusieurs mois, prédit un effondrement de la livre sterling de 25%. Le taux de chômage pourrait atteindre les 7,5%, contre 4% actuellement. Les prix de l'immobilier pourraient s'effondrer. Les échanges commerciaux pourraient aussi être plus compliqués. 

C'est d'ailleurs pour éviter ces problèmes dans les échanges que le gouvernement britannique annonce ce mercredi vouloir réduire ses droits de douane en cas de sortie sans accord. "Mais je pense qu'il sera très difficile pour Philip Hammond d'établir le prix de quoi que ce soit parce que personne ne saura à quoi ressemblera la situation économique dans deux semaines, dans trois semaines, et encore moins dans trois ou quatre mois", réagit l'analyste financier Michael Hewson en citant le ministre des finances. "En fin de compte, tout ce que Philip Hammond peut faire, c'est dire qu'il demeure prêt à agir, à relâcher le cordon de la bourse fiscale dans l'éventualité de ce scénario."

Perturbations dans les transports

Les scénarios les plus pessimistes mettent aussi en garde contre des perturbations dans les transports et des retards dans les approvisionnements pour les entreprises et les particuliers. "Ce sera désastreux. Les gens ne trouveraient pas de nourriture sur leurs étagères", estime même le député conservateur et juriste Dominic Grieve, opposant au Brexit depuis le départ. "Les marchandises ne seraient pas livrées. L'industrie automobile britannique dépend de la chaîne d'approvisionnement dont les livraisons quotidiennes s'effondreraient.". Il évoque même un coût de la bureaucratie à mettre en place de 13 milliards de livres pour les entreprises en reprenant des estimations gouvernementales. 

Un accord est encore possible, en fonction du résultat du vote de ce soir. En attendant, le gouvernement britannique a déjà abaissé sa prévision de croissance pour 2019 de 1,6 à 1,2%. Au Royaume-Uni, on parle désormais de repousser la date du Brexit.   L'Union européenne serait "prête à considérer" cette option, si "une demande motivée" est faite en ce sens, a déjà fait savoir la Commission européenne. 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !