Bras de fer entre Boris Johnson et les opposants à un Brexit dur | Vu d′Allemagne | DW | 03.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Bras de fer entre Boris Johnson et les opposants à un Brexit dur

Le Royaume-Uni est plongé dans une crise politique depuis l’annonce, le 27 août dernier, par le Premier ministre Boris Johnson de son intention de suspendre le Parlement. Un sujet commenté dans la presse allemande.

Pour le Premier ministre britannique, la suspension du Parlement lui permettrait d’élaborer une nouvelle politique "ambitieuse" pour le pays. 

"Boris Johnson ment !" s’exclame la Süddeutsche Zeitung. Son véritable objectif, croit savoir le journal, est la tenue d’élections et le renforcement de son pouvoir. 

Ensuite, il dit vouloir trouver un compromis avec l’Union européenne, or ce qu'il veut, c'est une solution radicale, conclut le quotidien de Munich. 

L’hebdomadaire Die Zeit temporise pour sa part et estime qu’il est trop facile de vouloir faire porter la responsabilité de la débâcle du Brexit à Boris Johnson. "Toute la caste politique britannique s'est désavouée au cours des trois dernières années", juge le journal. 

Le dernier exemple en date est la volonté de l’opposition et des conservateurs modérés de faire adopter une loi contre une sortie non négociée de l’UE. 

"Mais quelle est l'alternative majoritaire à un "no deal" ? Il n'y en a pas", martèle Die Zeit. 

De son côté, la Frankfurter Allgemeine Zeitung déplore le fait que les partisans d’un Brexit dur ne se soucient pas de l’avenir de l’Irlande qui représente aussi un dilemme pour l'Union européenne et les Britanniques.  

En effet, si les Britanniques sortent sans accord, l'Irlande, Etat membre de l'UE, devra réintroduire des contrôles sur les marchandises à sa frontière avec la province britannique d'Irlande du Nord. 

Dans le même temps, explique la Faz, le retour symbolique des douaniers à la frontière de 500 kilomètres de long entre le sud et le nord serait exactement ce que les Européens veulent absolument et à juste titre empêcher pour ne pas compromettre la paix. "Il est donc clair que l'Irlande paierait de loin le prix le plus élevé en cas d’absence d’accord", prédit la Faz.

L'extrême droite gagne du terrain dans l'est de l'Allemagne 

Politique encore, mais cette fois en Allemagne, après la percée du parti d'extrême droite AfD lors de deux élections régionales, dimanche, dans l’est de l’Allemagne. 

La Frankfurter Rundschau analyse ces résultats comme étant l’illustration de la division interne à l’Allemagne. Une Allemagne "divisée sur la manière dont elle doit faire face aux changements", écrit le journal. 

L’AfD, analyse pour sa part die Welt, force les autres partis à former des coalitions dont eux-mêmes ne sont pas convaincus.

Et cette tendance, la Tageszeitung, l'illustre à sa Une avec un drapeau aux couleurs variées pour symboliser les larges alliances hétéroclites qui devraient voir le jour après ces résultats. 

Des alliances qui pourraient regrouper aussi bien les Verts, l'extrême gauche que les sociaux- démocrates.     

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !