Boycott de produits issus des zones francophones au Cameroun | Afrique | DW | 07.03.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Boycott de produits issus des zones francophones au Cameroun

Les jeux de hasard et la bière provenant de sociétés du Cameroun francophone n'ont plus droit de cité dans toute la région du Nord-Ouest.

Le conflit au Cameroun entre le gouvernement et les séparatistes anglophones aborde une nouvelle étape : le boycott de produits de consommation et autres objets en provenance du Cameroun francophone.

Exemple : les jeux de hasard et la bière.

Certaines marques populaires de bières produites par la Société camerounaise des brasseries n'ont plus droit de cité dans toute la région du Nord-Ouest. Mais si la mesure est respectée, c'est souvent à contrecœur.

L'arme économique

Les séparatistes anglophones camerounais ont clairement dévoilé leur objectif : saboter les secteurs clés de l'économie qui sont aux mains des francophones.

Ceux-ci sont accusés de fournir au gouvernement camerounais les moyens d'écraser la contestation des "Ambazoniens".

Des boissons fabriquées par la brasserie nationale ont ainsi disparu des bars de la région du Nord-Ouest. Moins de choix pour les consommateurs qui sont ainsi contraints de boire ce qui est disponible.

Témoignages de passants contraints et contris

Un homme explique : "En fait, je n'ai pas arrêté de boire, mais tout ce que je trouve maintenant, je prends. Mais je n'ai pas le même plaisir qu'avec les produits des brasseries."

Un autre renchérit: "Je bois ce que je trouve. C'est juste la bière, c'est comme le football. C'est pour le plaisir. Donc si je trouve je vais boire."

Une passante déclare: "Je ne  suis pas très à l'aise avec ce boycott car je n'ai pas ce que je souhaite. Alors j'ai décidé de boire de l'eau. C'est pour moi un peu comme un renouveau."

Un autre homme estime que "depuis que la crise s'est aggravée et que les gens nous ont avertis de ne pas boire de produits de brasseries, j'ai dû faire un autre choix".

Un choix limité

Dans le Nord-Ouest du Cameroun, les cérémonies traditionnelles sont agrémentées par des plats accompagnés de caisses de bières de différentes sortes. Aujourd'hui, le choix est limité.

Ici par exemple à Nkwen, une seule marque de bière est en circulation à une cérémonie de naissance.

Pour Mercy, propriétaire d'un magasin de gros, les pertes commencent à s'accumuler :

"Nous avons découvert que les transporteurs qui nous livraient tous les jours avaient cessé de venir et lorsque nous leur avons demandé ce qui n'allait pas, ils nous ont dit que les "amba boys" les avaient empêchés. Même les petits commerçants saisonniers ne viennent plus s'approvisionner. Et quand nous recevons de petites quantités de marchandises, tout ne s'écoule pas et le profit ne fait que chuter. Un jour, les "amba boys" sont venus nous dire qu'ils ne nous détestaient pas, mais qu'ils étaient en lutte contre tout ce qui appartient au gouvernement. Ils nous ont alors intimé l'ordre de vendre des produits de brasserie autres que ceux du gouvernement."

Les séparatistes ont aussi interdit l'accès aux jeux de hasard provenant des milieux francophones, indiquant que tout ceci aidait le pouvoir à continuer de leur faire la guerre.

Vidéo de notre collègue du programme anglophone de la DW:

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet