Berlin ne veut pas se laisser entraîner dans le conflit iranien | Vu d′Allemagne | DW | 01.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Berlin ne veut pas se laisser entraîner dans le conflit iranien

Le refus de Berlin de participer à une éventuelle opération militaire contre l'Iran est très commenté par les journaux. Egalement à la Une, la reproduction d'organes humains dans des animaux autorisée au Japon.

La Süddeutsche Zeitung dit ne pas être convaincue par les arguments du gouvernement fédéral. "Au lieu d’évoquer les conditions et les limites de la mission ou du déploiement, ou d’autres arguments concrets, les politiques allemands semblent avoir des réponses déjà toutes prêtes : ils ne veulent pas se laisser entraîner dans le conflit iranien par les États-Unis".

Pour le quotidien, cet argument est doublement drôle : premièrement, une nation souveraine telle que l’Allemagne est libre de dire tout son malaise vis-à-vis de cette mission et de dire adieu quand elle sent qu’elle risque d'en perdre le contrôle.

Les règles du jeu

"Personne à Berlin ne connaît les règles du déploiement, personne ne peut donc juger du risque d'escalade", poursuit le journal de Munich. Et deuxièmement, l'Allemagne est déjà au cœur de la crise iranienne. L’objectif ultime pour l’Allemagne selon toujours le quotidien bavarois, est de maintenir à tout prix l’accord nucléaire. Un accord pourtant déjà caduque.

La Frankfurter Rundschau estime de son côté que l’Allemagne est confrontée à des défis fondamentaux. Selon le quotidien de Francfort, le pays le plus puissant d’Europe devra revoir sa politique de défense.

"Ceux en Allemagne qui disent non à une politique de défense commune de l'Europe, donnent raison non seulement au président américain, mais déçoivent aussi tous ceux qui aspirent à l’état de droit", conclut la Frankfurter Rundschau.

Où est l'éthique ?

Le journal die Welt s’intéresse au développement d'organes humains dans des animaux autorisé au Japon. Désormais, des scientifiques vont essayer de fabriquer des organes humains à l'intérieur des animaux après avoir reçu du gouvernement l'autorisation, pour la première fois. Il s’agit par exemple de pouvoir fournir aux diabétiques un pancréas conçu à l’intérieur d’un animal. 

Pour les expériences, aucune cellule souche embryonnaire n'est utilisée. Et c'est également légal en Allemagne, note le quotidien. Pour die Welt, on ne pas se cacher derrière un mur d’éthique pour refuser cette recherche au profit de l'homme.

De son côté, la Rheinische Post fait une autre lecture. Pour le quotidien de Düsseldorf, développer des organes humains dans des animaux, tend à chosifier la vie humaine, à la rendre à l'état d'objet.

 

 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !