Berlin élu membre non permanent à l′ONU | Allemagne | DW | 12.10.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Berlin élu membre non permanent à l'ONU

Les 192 Etats membres des Nations-Unies ont voté pour renouveller cinq des dix sièges non-permanents du Conseil de Sécurité. L'Allemagne obtient à l'issue d'un vote, un des deux sièges réservés à l'Occident.

default

La chambre du Conseil de Sécurité à New-York

New-York, siège des Nations-Unies. Depuis 1946, le Conseil de Sécurité est composé de cinq membres permanents : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, la France et la Chine, cinq pays Alliés lors de la Seconde Guerre mondiale. Tous disposent du droit de véto - un droit souvent utilisé durant la Guerre froide, par l'Union soviétique et les Etats-Unis, ce qui a nui à l'efficacité du Conseil de Sécurité. Depuis la chute du Mur, les choses ont changé. L'organe de l'ONU assume désormais son rôle de gardien de la paix et de la sécurité mondiale, avec plus ou moins de succès.

schroeder.jpg

L'ancien chancelier Gerhard Schröder se battait pour que l'Allemagne ait un siège permanent

Pas étonnant, dès lors, que des pays du monde entier, parmi lesquels l'Allemagne, demandent à y être représentés. L'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder en avait fait son cheval de bataille : obtenir un siège permanent pour l'Allemagne au sein du Conseil de Sécurité.

"Quiconque maintient que l'Allemagne ne peut pas remplir ce rôle se trompe. Nous sommes le troisième plus gros contributeur de l'ONU, nous sommes le deuxième fournisseur de casques bleus. On ne trouve pas plus responsables."

Pour une réforme du Conseil de sécurité

L'Allemagne de 2010 n'est plus celle de 1946. A l'époque, les Alliés souhaitaient contenir la puissance allemande, par peur d'un retour du national-socialisme. Au fil des années, l'Allemagne a réussi à se faire une place dans la communauté internationale. La première puissance économique européenne réclame donc une réforme du Conseil de Sécurité. Jürgen Chrobog, ancien ambassadeur allemand aux Etats-Unis :

"On doit réformer le système. C'est l'avis de nombreux pays du monde. Aujourd'hui encore, le Conseil de Sécurité réflète l'ordre mondial au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ca doit changer! Nous avons notamment besoin d'un acteur européen. L'Union européenne doit avoir un siège permanent au Conseil de sécurité, c'est ce qu'il y a de mieux. Mais pour cela, les autres Etats européens, à savoir la Grande-Bretagne et la France, doivent renoncer à leurs sièges."

UNO Gebäude in New York

L'Allemagne va siéger au Conseil de Sécurité les deux prochaines années

Une requête loin d'être entendue. En attendant, faute de mieux, l'Allemagne obtient l'un des dix sièges non-permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU. Le mandat dure deux ans et lui permettrait de défendre son projet de réforme du Conseil.

Le jeu est fait pour trois des sièges non-permanents : l'Inde pour l'Asie, la Colombie pour l'Amérique Latine, et l'Afrique du Sud pour l'Afrique. L'Allemagne faisait face aux candidatures du Canada et du Portugal. Finalement c'est le Portugal qui est élu, le Canada s'étant retiré.

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Sébastien Martineau / F.Q.