Beni, l’alarmante multiplication des tueries de civils | Afrique | DW | 06.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Beni, l’alarmante multiplication des tueries de civils

Une quinzaine de civils ont été tués ce jeudi (05.12.2019) dans un nouveau massacre dans la zone de Mbau, à Beni, dans l'est de la RDC. Une tuerie attribuée au groupe armé des Forces démocratiques alliées, les ADF.

Écouter l'audio 02:31

"il n'y a plus personne dans le village. Tout le monde a fui.", (Habitant)

Le massacre a visé le village de Mantumbi situé à une vingtaine de kilomètres de Mbau. Les rebelles du groupe ADF ont attaqué en plein jour, aux environs de 14h ce jeudi 5 décembre.

Ils s’en sont pris d'abord à des habitants qui étaient dans leurs champs, avant d’attaquer le village. Parmi la quinzaine de victimes figurent six femmes, tuées à la machette et par balles.

Même si l'armée a réussi à repousser les ADF et reprendre le contrôle de la situation, les habitants de Mantumbi ont préféré quitter le village, "il n'y a plus personne. Tout le monde a fui. Ils sont allés à Mbau, Beni, Oicha, Mangina…", en témoigne Misieao Mihimbo, il est journaliste et habitant de Mantumbi.

La population s’est réfugiée dans d’autres villes où elles espèrent plus de protection car "c’est la première fois que le village Mantumbi est attaqué par les ADF", ajoute le journaliste.

Avant de s’en prendre au village de Mantumbi, les ADF ont d'abord fait une incursion tôt le matin à Kalikoko, dans la commune rurale d'Oicha, toujours en territoire de Beni. Là aussi des civils ont été tués.

C'est la troisième attaque depuis le début du mois de décembre contre les civils attribuée aux rebelles ADF à Beni, dans le Nord-Kivu.

"La Monusco a encore un rôle très important à jouer dans la stabilisation de l'est"

En visite dans le Nord-Kivu, le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé de la sûreté et la sécurité, Gilles Michaud a estimé que la Monusco a encore un rôle important à jouer dans la stabilisation de la République démocratique du Congo, particulièrement dans l’est du pays.

Gilles Michaud demande à la population de collaborer avec la Monusco et les forces de sécurité.

Mais pour Noëla Muliwavyo, présidente de la société civile en territoire de Beni, cette collaboration ne suffit pas pour en finir avec les massacres.

Pour elle, "l’ONU doit déploier d’autres éléments spéciaux qui peuvent faire face à l’ennemi. Parce que les forces de l’ONU qui sont à Beni ne sont pas capables de lutter contre ces mouvements."

Butembo observe une nouvelle journée ville morte

Pour dire stop aux tueries à Beni, ce vendredi 6 décembre, les activités économiques sont restées paralysées à Butembo.

À l’appel d’une coalition de dix mouvements citoyens de la ville, les habitants ont observé une nouvelle journée ville morte pour dénoncer la recrudescence des tueries dans la région de Beni et exiger le départ de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC.

Audios et vidéos sur le sujet