Barricades à Port-au-Prince | International | DW | 08.12.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Barricades à Port-au-Prince

La publication des résultats du premier tour des élections présidentielles en Haïti a provoqué des émeutes dans la capitale. Le candidat du parti au pouvoir, Jude Célestin, s'est hissé contre toute attente au second tour

Les partisans de Michel Martelly ont protesté mardi dans les rues de la capitale haïtienne

Les partisans de Michel Martelly ont protesté mardi dans les rues de la capitale haïtienne

Les odeurs de pneus brûlés ont de nouveau enveloppé les rues de Port-au-Prince où des barricades ont été dressées, notamment dans le quartier de Pétionville, tandis que des coups de feu ont été entendus sans qu'il n'y ait pour l'instant de victimes déclarées. La police haïtienne a procédé au démontage musclé de certaines de ces barricades dressées par les partisans de Michel Martelly. Ce populaire chanteur de kompas, une musique créole, était pressenti pour se hisser au second tour aux côtés de l’ancienne première dame, Mirlande Manigat. Cette dernière est bien arrivée en tête du premier tour avec 31% des suffrages mais la seconde place a été attribuée à Jude Célestin, le dauphin du président sortant René Préval. Un résultat qui a mécontenté les partisans de Michel Martelly, lesquels dénoncent les fraudes. Certains ont même menacés de « détruire le pays » tant que Michel Martelly ne serait pas président de la république.

Ces accusations semblent justifiées pour deux raisons. La première tient à l'écart très faible – à peine 6000 voix – qui séparent Michel Martelly de Jude Célestin. La seconde tient à la réaction de l'ambassade des Etats-Unis qui a parlé de résultats « inconsistants » qui ne correspondent pas « au décompte des votes suivis dans tout le pays par de nombreux observateurs locaux et étrangers ». Un groupe d'observateurs de l'Union européenne a ainsi annoncé lundi que leurs propres estimations plaçaient bien Mirlande Manigat en tête. Mais suivie par Michel Martelly et non Jude Célestin.

Lourdement armée, la police a procédé au démantèlement de certaines barricades

Lourdement armée, la police a procédé au démantèlement de certaines barricades

Climat tendu

A ce stade, il est encore trop tôt pour dire si ces résultats – préliminaires – vont être entérinés : leur annonce ouvre une période de recours, les candidats ayant 72 heures pour faire appel avant la publication définitive des résultats du premier tour prévue le 20 décembre.

Mais à nouveau, le risque est un dérapage du processus avec une explosion de violence dans un climat déjà tendu en raison de l'épidémie de choléra qui a causé la mort de 2000 personnes. Le pari de la communauté internationale était d'organiser ces élections au plus vite pour stabiliser le pays. Espérons que ce ne soit pas l'inverse qui se produise.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Elisabeth cadot

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !