Avant la CAN, l′épreuve du visa | Coupe du monde de football 2018 | DW | 16.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

Avant la CAN, l'épreuve du visa

Les supporters de foot risquent d'avoir des difficultés à se rendre au Gabon et en Guinée équatoriale, les pays d'accueil de la Coupe d'Afrique des Nations. En cause : les conditions d'obtention de visas.

Il n'est déjà pas facile, pour un Africain, d'obtenir un visa d'entrée dans ces deux pays en temps normal. Et ce n'est pas la CAN qui viendra changer les règles. Un fait dénoncé par Philipe Nanga, président du Gami-Ac, le Groupe de réflexion et d'action sur les migrations en Afrique centrale. Il appelle au boycott de la CAN :

« S'il est déjà difficile pour les ressortissants de pays voisins comme le Cameroun ou le Tchad d'entrer dans ces pays-là, ça va être encore plus difficile pour des pays comme le Mali, la Côte d'Ivoire ou le Bénin pour participer à cette CAN. »

Il y a dix jours, un visa commun CAN 2012 a été instauré, les conditions de son obtention ont été revues et il coûte 30 000 francs cfa, soit un peu moins de 50 euros. Pas de question d'exclure qui que ce soit, c'est l'objectif de visa, rétorque Louis-Claude Mouziéoukouba, porte-parole du Cocan. Le Comité d'organisation de la CAN au Gabon :

« Ces facilités doivent permettre aux populations CAN d'accéder facilement au Gabon et à La Guinée équatoriale. Pour obtenir ce visa, il suffit d'avoir un billet d'avion aller-retour, un passeport en cours de validité, un carnet de vaccination, et de justifier qu'on a les moyens pour vivre pendant le séjour. »

Les limites du visa CAN 2012

Pourtant à en croire Barry Moussa, président du comité des supporters des Etalons du Burkina, les supporters devront remplir plusieurs formalités pour pouvoir aller dans l'un de ces pays, s'il n'est pas couvert par les autorités de son pays :

« Tous les supporters qui veulent y aller doivent avoir le couvert de leur administration. Donc s'ils n'ont pas ce mandat administratif, s'ils veulent y aller d'eux-mêmes parce que leur pays joue, c'est là qu'il y a un problème. »

Depuis que le Gabon et la Guinée équatoriale connaissent une forte croissance, les conditions d'entrée ont été revues et ne sont pas loin de celles de certains pays européens.

Auteur : Kossivi Tiassou
Edition : Anne Le Touzé

Audios et vidéos sur le sujet