Aung San Suu Kyi retarde l′entrée de son parti au Parlement | International | DW | 23.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Aung San Suu Kyi retarde l'entrée de son parti au Parlement

Ce lundi, le Parlement de Myanmar se réunit sans la « Grande Dame » de l'opposition et sans les autres députés fraîchement élus de la LND, la Ligue Nationale pour la Démocratie.

default

Myanmar Suu Kyi à Rangoon (20.04.2012)

En effet, Aung San Suu Kyi et les nouveaux élus de son parti refusent de prêter le serment de "sauvegarder" la Constitution de 2008 qui arroge d'importants pouvoirs aux militaires. Lors d'élections législatives partielles le 1 avril dernier, la LND, la Ligue Nationale pour la Démocratie a remporté 43 sièges sur les 44 qu'elle briguait. Le parti d'Aung San Suu Kyi, est ainsi devenu la première force politique du pays face au gouvernement.qui a succédé à la junte en mars 2011.

Il y a foule ce lundi dans la centrale du Parti de la Ligue Nationale pour la Démocratie. Les nouveaux députés de l'opposition fraîchement élus se concertent pour savoir s'ils doivent ou non faire leur entrée au Parlement sous la conduite d'Aung San Suu Kyi. Finalement le porte parole de la LND Nyan Win confirme que la « Ligue Nationale pour la Démocratie refuse de prêter serment avec un texte conçu par l'ancienne junte, un texte qui s'engage à sauvegarder une constitution réservant un quart des sièges des assemblées aux militaires »

Parlamentssitzung Naypyitaw Myanmar

Séance du Parlament à Naypyitaw, capitale de Myanmar(ex-Birmanie)

La modification de cette constitution avait été justement l'un des points importants du programme de la LND lors de la campagne électorale d'Aung San Suu Kyi. La députée du parti, Phyu Phyu Thin, qui vient d'être élue : « Nous avons informé le gouvernement de notre souhait et nous n'entrerons au Parlement que lorsque nous aurons obtenu ce que nous voulons. »

"Nous sommes sûrs de pouvoir trouver une solution."

Le porte parole de la Ligue Nationale pour la Démocratie, Nyan Win affirme que son parti ne veut pas boycotter le parlement : « La Ligue Nationale pour la Démocratie“ a participé aux élections parce que nous voulons entrer au Parlement. Et il ajoute: Nous attendons une solution juridiquement correcte et nous sommes confiants qu'elle sera trouvée. »

La Ligue nationale pour la démocratie a déposé en vain jusqu'ici des requêtes, notamment auprès du président, pour faire remplacer "sauvegarder" par "respecter" dans le serment prévu pour tout nouveau député. Nyan Win était la semaine dernière dans la capitale Naypidaw pour trouver une formule de compromis. Mais le président Thein Sein étant actuellement en visite officielle au Japon et le nouveau gouvernement qui a engagé ces derniers mois un processus de réformes, n'a pas voulu prendre de décision sans le président.

Myanmar Burma General Thein Sein

Le général et président Thein Sein

Il faut espérer qu' une solution soit rapidement trouvée pour éviter un blocage du parlement. D'autant plus que les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne réunis ce lundi à Luxembourg viennent juste de décider la suspension pour un an des sanctions politiques et économiques de l'UE, avec une exception toutefois: l'embargo sur les armes.

Certains observateurs politiques considèrent ce refus d'Aung San Suu Kyi et de son parti de prendre place sur les bancs du Parlement comme un autre test pour évaluer la marge de manouevre existant dans la toute nouvelle démocratie en Birmanie.

Autor : Udo Schmidt / Philippe Pognan
Edition : Konstanze von Kotze

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !