Au Togo, une initiative au profit de la lecture pour les élèves | Afrique | DW | 17.10.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Au Togo, une initiative au profit de la lecture pour les élèves

En Afrique, où le goût de la lecture est peu ancré dans les mœurs, des initiatives sont promues pour donner l'envie de lire en milieu scolaire aux élèves, comme dans l’école Avenir amitié schöllkrippen d’Aveta, au Togo.

Il est 11 heures, comme chaque mercredi, à cette heure, la bibliothèque Belto reçoit ses lecteurs. Aujourd'hui, ce sont les élèves de la classe de 5e de l’école Avenir amitié schöllkrippen d’Aveta, une localité située à 11 kilomètres de Lomé. 

Donner le goût de la lecture aux enfants 

Organisées chaque semaine, ces rencontres de partage contribuent à aider les  élèves à mieux cerner les contenus littéraires retenus au programme scolaire. Une initiative que la bibliothécaire Philomène Kotor mène depuis plus de deux ans. 

"Ici c’est une bibliothèque qui est implantée dans une école. Nous avons eu l’idée d’amener les élèves à venir lire ensemble aux heures creuses quand ils n’ont pas de cours", explique la bibliothécaire. 

"Ils lisent les romans au programme et moi j’essaye de leur donner des explications, de leur expliquer ce que le roman dit. C’est ce que nous faisons. En plus de cela, nous avons d’autres activités, comme par exemple des concours. Parce qu’un Africain, lui donner uniquement un livre, cela ne marche pas. Donc il faut l’intéresser à la lecture. Dans ce sens nous avons des concours de scrabble, d’épellation de mots dotés de prix", raconte Philomène. 

Les élèves se prêtent au jeu 


"A l'école, on lit le livre Maimouna, je viens ici pour parler bien français, j’aime venir ici pour lire avec tata.
Je veux devenir juge, j’aime lire les romans, Maimouna, Pagne noir",
explique une élève. 

"L’importance de venir lire ici avec tata c’est que demain je deviendrai quelqu’un de bien dans une entreprise. Je veux devenir policière plus tard", souhaite une autre élève. 

Ces séances  servent surtout  à enrichir le vocabulaire des élèves, améliorer leur diction et à  leur permettre de découvrir de nouveaux mots dans un milieu peu propice à la langue de Molière. 
L’objectif étant  d’améliorer à la fin de l’année leurs résultats scolaires. Mais beaucoup de parents ne voient pas les choses ainsi. Un obstacle aux efforts de Philomène qui indique "qu'en milieu rural d’abord, les parents pensent que c’est pour s’amuser donc ils ne laissent pas les enfants venir si ce n’est pendant les heures de cours. Il a fallu une sensibilisation. Jusqu'à présent il y a toujours des réticences mais ça va un peu mieux. Au début cela n’a pas été évident"

Malgré ces difficultés, Philomène compte quand même poursuivre ses actions à travers des activités ludiques pour susciter l’amour de la lecture aux élèves d’Aveta. 
Bruitage