Au Cameroun, l′école prise pour cible dans la crise anglophone | Arbre à palabre | DW | 13.11.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Au Cameroun, l'école prise pour cible dans la crise anglophone

Le drame qui a coûté la vie à au moins sept écoliers, tués par balle dans le Sud-Ouest du Cameroun, illustre l'insécurité qui règne dans les régions anglophones. En particulier, les écoles se retrouvent sous la menace d'assaillants qui enlèvent et qui tuent. Un climat qui décourage les parents d'élèves et compromet l'avenir du Cameroun.

Écouter l'audio 25:45

C'est sans aucun doute une des pires atrocités que le Cameroun aura enregistrées depuis trois à quatre ans que les groupes séparatistes et l'armée camerounaises s'affrontent, dans les deux régions où vit l'essentiel de la minroté anglophone.

Le 24 octobre à Kumba dans le Sud-Ouest, au moins sept écoliers sont tués par balle alors qu'ils étaient en classe avec leur enseignant. La vive émotion créée par ce massacre au Cameroun et à l'extérieur, a été ravivée par un autre assaut contre une autre école, cette fois dans le Nord-Ouest où un groupe d'enseignants a été enlevé avant d'être plus tard remis en liberté.

Lire aussi → Cameroun : un appel pour la fin de la crise anglophone

Le boycott de l'école devenue une stratégie de guerre

La salle de classe où le drame est survenu, le 24 octobre 2020 à Kumba

Les enfants tués lors du massacre de Kumba ont été inhumés le 5 novembre 2020

Pourquoi l'école camerounaise est-elle attaquée ? Que recherchent les assaillants en s'en prenant à de jeunes enfants qui ne demandent qu'à être enseignés ? Qu'apporte ce changement de donne à la résolution de la crise séparatiste au Cameroun ? Fréjus Quenum en discute avec ses invités :

- Valentine Semma, responsable du "Cameroon teacher's trade union", principal syndicat des enseignants dans la région anglophone
- Jean-Paul Mbia, professeur de sciences politiques et directeur de la communication au ministère de l'Enseignement supérieur
- Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du Réseau des défenseurs des droits de l'homme de l'Afrique centrale (Redhac)
- et Elie Smith, journaliste et analyste politique camerounais

Retrouvez l'émission "Arbre à Palabre" chaque vendredi à 17H30 et chaque samedi à 7H TU !