Au Burundi, la violence et les divisions des Imbonerakure | Afrique | DW | 16.05.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Au Burundi, la violence et les divisions des Imbonerakure

Le bras armé du pouvoir est accusé d’avoir instauré un climat de terreur durant la campagne référendaire. Mais les divisions apparues en son sein illustrent les tensions qui règnent autour du président Nkurunziza.

Écouter l'audio 03:51
Now live
03:51 min

"Les Imbonerakure sont exemplaires et tolérants" (Nancy Ninette Mutoni)

"Au terme d’une campagne à sens unique, où la promotion du Non ou de l’abstention ont été sévèrement réprimés et des électeurs enrôlés de force, les Burundais sont invités à se prononcer le 17 mai sur un projet de réforme constitutionnelle", introduisait dans une note publiée mardi 15 mai, la FIDH et la Ligue burundaise des droits de l’Homme, Iteka.

À en croire ces deux organisations, "cette campagne aura été largement inéquitable et utilisée comme un outil de répression supplémentaire, alimentant les crimes graves auxquels se livre le pouvoir depuis trois ans".

Selon elles, "des opposants ont été victimes de représailles pour avoir participé à la campagne pour le Non et des dizaines d’entre eux ont été arrêtés, détenus et tabassés depuis mi-avril".

Burundi Gitega - President Pierre Nkurunziza bei Wahlkampaqne (E. Ngendakumana)

Le Président Pierre Nkurunziza lors de la campagne pour le oui au référendum: "tora ego" - "votez oui" !

Climat de terreur

Ce climat de terreur au Burundi est imputé aux jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure.

"Durant cette semaine de propagande pour le référendum, les Imbonerakure ont été très actifs dans la répression des membres de l’opposition, surtout les membres de Amizero y’Abarundi. Ils ont arrêté, torturé et même tué les membres de Amizero y’Abarundi. Dans la documentation que la ligue Iteka a faite pendant cette période, au moins un membre de Amizero y’Abarundi a été assassiné par ces Imbonerakure dans la commune de  Ntega à Kirondo (dans le nord du Burundi, ndlr)."

90% des arrestations et des tortures ont été faites par ces mêmes Imbonerakure dans tout le pays", note le président et représentant légal de la Ligue burundaise des droits de l'homme (Iteka), Anchaire Nikoyagize. Il précise que des Imbonerakure ont dressé des barrières pour empêcher des militants de se rendre à des meetings. Les forces de l’ordre et les autorités locales ont cherché à entraver la tenue de certains rassemblements d’opposition.

Comportement "exemplaire"

Au sein du parti au pouvoir, on se félicite plutôt du comportement "exemplaire" de ces Imbonerakure.

"Nos jeunes ne sont pas instrumentalisés, ils ne sont pas manipulés. Ils sont là pour suivre les idéaux et la discipline du parti", rassure la secrétaire nationale chargée de l'information et de la communication du CNDD-FDD, Nancy Ninette Mutoni.

"Ils sont d’ailleurs très exemplaires et très tolérants. Être tolérant et avoir de la retenue face à des provocations comme celles de l’opposition radicale, ce n’est pas donné à tout le monde. Ce sont des allégations non vérifiées et sans fondements sur terrain", ajoute Nancy Ninette Mutoni qui assure à la DW faire également partie de la Ligue des jeunes de son parti.

Nkururunzia contesté à l'intérieur de son système?

Les pressions exercées devraient avoir un impact dans les urnes jeudi (17 mai). Il semble néanmoins que les soutiens à Nkurunziza se fissurent avec notamment une partie des jeunes du parti au pouvoir qui appelle à voter Non.

"Beaucoup ne veulent pas que le président Nkurunziza reste au pouvoir. Ceux qui le défendent parmi nous sont des Imbonerakure de second rang. Ceux qui ne connaissent pas la philosophie du mouvement. Nous sommes divisés en deux catégories“, avoue un Imbonerakure qui tient à rester anonyme pour des raisons de sécurité.

Considéré par l’ONU comme une milice, les Imbonerakure ont réussi à étendre leur capacité de nuisance même au-delà des frontières burundaises. Plusieurs refugiés burundais dans la sous-région redoutent en effet leur mode opératoire qui passe souvent inaperçu.

Constitution taillée sur mesure

Pour la FIDH, la réforme  constitutionnelle voulue par le président Pierre Nkurunziza est dangereuse. Car elle risquerait de saper les bases de la Constitution de 2005 et des accords d’Arusha signés en 2000 à Arusha en Tanzanie, sous l’égide l’ancien président sud-africain Nelson Mandela.

Ces accords, poursuit la FIDH, avaient favorisé la réconciliation nationale, notamment á travers une répartition des trois principales ethnies du pays (Hutus, Tutsis et Twas) au sein des différents organes des pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire, et de l’armée.

Selon l’ONG de défense des droits de l’Homme, la nouvelle constitution, si elle est promulguée, laisserait notamment la possibilité au Sénat de modifier, voire supprimer, au cours des cinq prochaines années, les équilibres ethniques en vigueur.

Présidence à vie ?

La nouvelle Constitution soumis au référendum a sauté le verrou de la limitation du mandat présidentiel qui passe de cinq à sept ans renouvelable une seule fois. Ce qui permettrait à Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, de briguer deux autres mandats à l’expiration de celui en cours en 2020.

Cette disposition pourrait  lui assurer 14  autres années de pouvoir supplémentaires à la tête du pays.

 

 

Intégralité de l’interview avec "Bruno", un Imbonerakure (Ligue des jeunes du CNDD-FDD)  - Le nom a été modifié pour préserver sa sécurité.

 

DW- Pourquoi avez-vous choisi d'être un Imbonerakure?

C’est parce que j’ai vu qu’il y avait de l’injustice dans le pays.


DW : Comment travaillez-vous ?

Nous faisons des patrouilles nocturnes, nous surveillons aussi nos opposants (ceux qui sont contre le 3e mandat de Nkurunziza), le jour comme la nuit, pour voir comment ils critiquent le pouvoir.
 

DW : Arrive-t-il qu’un Imbonerakure soit puni ?

Oui, quand il passe outre les ordres, les instructions données par l'hiérarchie.

 

DW : Pourquoi les Imbonerakure ne font-ils pas confiance aux forces de l’ordre ?

Parce que nous travaillons beaucoup plus que les policiers, nuit et jour. Et quand on signale un opposant, les policiers trainent les pieds.


DW: Est-ce qu'il y a des Imbonerakure qui souhaitent se retirer de leur mouvement ?

Oui. Ils sont nombreux. Mais c’est difficile de se retirer suite parfois à l’influence qu’on a dans le groupe. Chaque Imbonerakure est
d' abord connu dans sa localité et on se rencontre une fois par semaine.


DW : Les Imbonerakure souhaitent-ils le changement du régime Nkurunziza ou bien que le président Nkurunziza reste au pouvoir éternellement ?

Non. Beaucoup ne veulent pas que le président Nkurunziza reste au pouvoir. Ceux qui le défendent parmi nous sont des Imbonerakure de second rang. Ceux qui ne connaissent pas la philosophie du mouvement. Nous sommes divisés en deux catégories.


DW : Arrive-t-il qu’on vous réunisse pour vous parler des droits de l’homme ou de la justice internationale ?

Oui, mais pour nous expliquer essentiellement l’attitude à adopter face a l’ennemi.

Pour ce qui est de la justice. C’est nous qui formons la justice, nous ne sommes pas inquiété par cela.


DW : Un message ou conseil à vos compagnons ?

C’est qu’il faut aimer notre pays. Ne pas ternir son image. Surtout nous les jeunes parce que c’est nous qui souffrons.
 

Liens

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !