Après sa libération, Ali Idrissa, combatif, accueilli à Niamey | Afrique | DW | 25.07.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Après sa libération, Ali Idrissa, combatif, accueilli à Niamey

Le coordonateur du Réseau des Organisations pour la Transparence et l'Analyse Budgétaire a été accueilli par des militants dans la capitale aujourd'hui. Plus déterminé que jamais.

Écouter l'audio 02:01
Now live
02:01 min

"C'est une victoire pour le peuple et nous continuerons !" - Ali Idrissa

Au Niger, les acteurs de la société civile incarcérés depuis quatre mois dans différentes prison de la région de Tillabéry ont recouvré leur liberté ce mardi. Dans son verdict, la justice les a condamnés à trois mois de prison avec sursis. Certains ont regagné leurs familles dès leur sortie de prison. Ali Idrissa, coordonnateur du Réseau des Organisations pour la Transparence et l'Analyse Budgétaire, Publiez ce que vous Payez, est lui rentré ce mercredi après-midi. Il a reçu un grand accueil des militants et populations de Niamey à l'entrée de la capitale.

"Nous continuerons"

Dans une interview qu'il a accordée à notre correspondant au Niger, l'activiste affirme plus que jamais sa détermination à poursuivre le combat. "Ce n'est pas une victoire pour nous en tant que personne, mais une victoire pour le peuple nigérien. Et nous continuerons", assure Ali Idrissa. Il espère "casser" la peine de trois mois avec sursis.

"Tant que nous défendons les droits humains, il n'est pas question de passer une journée en prison. Nous ne voulions que manifester et ils ont voulu nous prendre en otage pendant 4 mois." Il faut "que ceux qui veulent imposer une pensée unique dans ce pays paient, mais par les moyens de droits", clame l'activiste.

Ali Idrissa assure ne pas se mobiliser seulement contre la loi de finances, mais "pour instaurer une bonne gouvernance, pour que le népotisme, la fraude ou la corruption cessent". Il souhaite désormais y consacrer 100% de son temps. "Et s'il faut retourner en prison pour le peuple nigérien, nous y retournerons", assure-t-il.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet