Après Merkel, le ministre Horst Seehofer s′en prend à l′UE | Vu d′Allemagne | DW | 06.07.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Après Merkel, le ministre Horst Seehofer s'en prend à l'UE

Le ministre allemand de l'intérieur exige que l'Union européenne coopère étroitement avec la Grande Bretagne sur les questions sécuritaires malgré le Brexit. Mais le ton ne plaît pas à Bruxelles et fait réagir à Berlin.

Écouter l'audio 02:19

Horst Seehofer : "la sécurité des citoyens doit jouir d'un traitement prioritaire au sein de l'Union européenne, indépendamment du Brexit"

Le ministre de l'Intérieur allemand est passé au-dessus de la chancelière Angela Merkel pour intervenir dans les discussions sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Dans une correspondance qu'il a adressée au comité en charge des négociations du Brexit, Horst Seehofer recommande en effet une entière coopération sécuritaire avec Londres et ce, même après la sortie du Royaume-Uni de l'Union. Ceci n'est pas du goût de Bruxelles et pourrait signaler que les tensions au sommet de l'exécutif en Allemagne ne sont pas terminées.

 

Horst Seehofer tance l'UE

La lettre du ministre conservateur Horst Seehofer est datée du 27 juin mais son contenu n'a été rendu public que ce vendredi (06.07.). A l'intérieur, Seehofer interpelle le comité de négociation du Brexit pour l'Union européenne : "il n'est pas de mon intention de commenter les négociations mais je me permets en tant que ministre de l'Intérieur d'un Etat membre d'attirer l'attention sur le fait que la sécurité des citoyens européens doit jouir d'un traitement prioritaire au sein de l'Union européenne, indépendamment du Brexit."

Une intervention qui tombe à quelques jours de négociations sur la gestion des conséquences du Brexit au plan sécuritaire. Une intervention aussi qui semble mettre mal à l'aise les responsables européens engagés dans des discussions serrées avec Londres. Car Horst Seehofer reprend exactement les positions de la Première ministre britannique Theresa May.

 

Des réactions défensives

Michel Barnier, le négociateur en chef du Brexit pour l'Union européenne, a réagi en expliquant que la recommandation de Seehofer ne reflétait pas la position du Conseil européen y compris celle de l'Allemagne.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a aussi tenté de minimiser la portée de la lettre de Seehofer. Dans une déclaration faite à Vienne, il a rappelé que les négociations se déroulaient sous le mandat des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union. Sous entendu : pas sous celle des ministres.

 

Tensions persistantes à Berlin

Sur le plan de la politique intérieure allemande, la lettre de Horst Seehofer révèle que les tensions entre celui-ci et la chancelière Angela Merkel n'ont pas baissé malgré le compromis trouvé sur la politique migratoire.

 À l'approche d'élections régionales en Bavière, le ministre de l'Intérieur, par ailleurs chef de la CSU, parti allié de la CDU de Merkel, fait toujours planer sur l'alliance la menace de la rupture. C'est sous sa pression qu'est né le projet de création de centres de transfert de migrants à la frontière entre l'Allemagne et l'Autriche.

Dans le cercle rapproché de la chancelière, on tente d'éviter un nouveau bras de fer qui risquerait d'aggraver l'impopularité de la coalition au pouvoir. Celle-ci ne récolterait à ce jour que 48% des suffrages en cas d'élections d'après un sondage récent.

Le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, s'est contenté d'assurer que la chancelière Merkel travaillait intensément sur le volet sécuritaire avec Londres.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !