Après la victoire d′Erdogan, les Turcs d′Allemagne partagés | International | DW | 25.06.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Après la victoire d'Erdogan, les Turcs d'Allemagne partagés

En Allemagne où vit une importante communauté turque, la victoire de Recep Tayyip Erdogan a suscité joie et inquiétude.

Avec 52,6% des voix à l'issue des élections anticipées de dimanche, Recep Tayyip Erdogan obtient plus que son score en 2014 (51,8%).

Sa victoire lui accorde non seulement un nouveau mandat présidentiel, mais aussi des pouvoirs renforcés. Ces élections marquent en effet le passage du système parlementaire en vigueur à un régime présidentiel. 

Que ce soit à Cologne ou à Dortmund, dans les grandes villes d’Allemagne c’est à coup de klaxons que les partisans de Recep Tayyip Erdogan, drapeau turc en main, ont manifesté leur joie à la réélection de leur président. 

"C'est la Turquie qui a gagné"

Les électeurs turcs d'Allemagne ont accordé 65,7% de leurs suffrages à Erdogan. Un jeune Allemand d'origine turc interrogé par la Deutsche Welle considère la victoire d'Erdogan comme une grande victoire. " Je suis très content pour la Turquie. C’est la Turquie qui a gagné " se réjouit-il.

En avril 2017, déjà plus de 63% des Turcs d’Allemagne avaient voté en faveur du référendum pour faire passer la Turquie d'un régime parlementaire à un système présidentiel.

 Si les Turcs vivant en Allemagne soutiennent aussi largement Recep Tayyip Erdogan, c’est parce qu'il symbolise pour eux une fierté retrouvée.

L’Allemagne n’a en effet commencé à intégrer ses immigrés d’origine turque que depuis une réforme du code de la nationalité au début des années 2000. Une situation qui était source de frustration pour des hommes et des femmes nés en Allemagne mais à qui Berlin refusait la nationalité allemande. 

Wahlen Türkei - Erdogan erklärt sich zum Sieger (picture-alliance/AA/K. Ozer)

Le président Erdogan saluant ses partisans après sa réélection

La crainte d'une dérive autoritaire

Depuis qu'Erdogan est au pouvoir, la Turquie s’est développée économiquement et les jeunes issus de la diaspora ont en principe la liberté de revenir dans leur pays d'origine.

Mais pour Cem Özdemir, homme politique d’origine turc qui siège au Parlement allemand dans le groupe des Verts "la moitié de la Turquie est très déçue, celle qui ne voulait pas voir M. Erdogan en tant que président avec un pouvoir absolu. Et pour nous, amis de la Turquie, c'est clair: les temps ne seront pas plus faciles. M. Erdogan est maintenant sous pression aussi avec le MHP avec lequel il a formé une alliance. Autrement dit, la Turquie sera encore plus nationaliste. Cela ne présage de rien de bon pour le débat sur l'intégration en Allemagne" explique-t-il.

Outre la question de l’intégration il y a aussi la lenteur du processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Alors que l’autoritarisme de l’homme fort d’Ankara inquiète, Berlin, qui a des relations de plus en plus tendues avec Erdogan, a sobrement pris acte de sa réélection. La chancelière Angela Merkel "une Turquie stable et pluraliste" dans laquelle l'Etat de droit est garanti.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !