Après 70 ans de vie, l′Otan en quête d′un nouveau souffle | International | DW | 03.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Après 70 ans de vie, l'Otan en quête d'un nouveau souffle

Les Etats membres veulent donner à l'alliance militaire, plus d'autonomie financière et préserver le multilatéralisme face à la menace russe en Europe de l'est. Les discussions s'annoncent chaudes.

Écouter l'audio 02:01

"Dialoguer avec la Russie dans un mouvement d’ensemble"- Wolfgang Ischinger

L'Otan est-elle en mesure de remplir sa mission, 70 ans après sa création ? La question qui divise sera présente lors de ce sommet de l'organisation. D'après le président français Emmanuel Macron, dont le diagnostic a été contredit par Berlin, l'Otan serait dans un état de "mort cérébrale".

Dans un contexte de désengagement des Etats-Unis, et d'une pression croissante sur le montant des dépenses militaires, le président français souhaite en effet plus d'autonomie des Européens en matière de défense.

Critique vis-à-vis de la démarche du président français, Jan Techau, directeur Europe du "German Marshall Fund" trouve cependant que la préoccupation exprimée est pertinente. "La grande question est de savoir si les Européens veulent prendre en main leur propre sécurité. Et en s'exprimant de la sorte, le président Macron voudrait amener les autres à sortir de leur réserve", soutient-il.

 

Vide stratégique

En première ligne face à la Russie, les pays d'Europe de l'est misent sur les Etats-Unis pour les protéger. A ce vide stratégique de l'Otan s'ajoutent des décisions unilatérales comme l'offensive de la Turquie en Syrie, lancée sans consultation préalable, tout comme la décision de retrait des troupes américaines du nord de la Syrie.

Pour résoudre ces problèmes et surtout minimiser la menace russe à l'est, plusieurs options sont sur la table. L'augmentation par exemple des contributions au budget de l'Otan et l'ouverture de négociations avec Moscou.

Wolfgang Ischinger, secrétaire général de la Conférence de Munich sur la sécurité pense qu'il n'est pas dans l'intérêt des Européens, "ni sur le plan politique, ni sur le plan militaire, de laisser durer le conflit avec la Russie. Mais toute initiative prise au sein de l'Otan devrait associer les pays membres de l'est. Et je pense que c'est aussi la stratégie de l'Allemagne, du moins telle qu'elle a été annoncée par la chancelière. Dialoguer avec la Russie oui, mais dans un mouvement d'ensemble".

Au-delà des questions financières, le sommet de l'Otan devrait se consacrer à d'autres sujets comme la conquête spatiale ou encore les relations avec la Chine.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !