Angela Merkel note ″des différences de mentalité″ avec Emmanuel Macron | Vu d′Allemagne | DW | 16.05.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Angela Merkel note "des différences de mentalité" avec Emmanuel Macron

Dans une interview accordée à la Süddeutsche Zeitung, la chancelière allemande Angela Merkel n'a pas été tendre avec le président français Emmanuel Macron.

"Nous avons des confrontations. Il existe entre nous des différences de mentalité ainsi que des différences dans la conception de nos rôles respectifs. Il en a toujours été ainsi. Et Emmanuel Macron n’est pas le premier président français avec lequel je travaille."  Angela Merkel a ainsi clairement rappelé dans l'interview menée par Süddeutsche Zeitung et publiée mercredi 15 mai l'importance de son expérience, face à la jeunesse d'Emmanuel Macron.

Le décor est planté. Hasard du calendrier, cet entretien a été publié deux ans jour pour jour après la venue du président français à Berlin au lendemain de son entrée à l’Elysée.

Après la connivence affichée du début, la relation entre les deux dirigeants a traversé quelques tourmentes. Que ce soit sur le gel des ventes d'armes à l'Arabie Saoudite décidé par l'Allemagne, après la mort du journaliste Jamal Khashoggi, sur le Brexit et les reports accordés au Royaume-Uni, ou encore sur l'avenir de l'Union européenne.


Pour la Süddeutsche Zeitung, dans son analyse de l'interview d’Angela Merkel, qui se prépare à passer la main et n'a pas l'intention de briguer un cinquième mandat en 2021, la chancelière voudrait profiter du temps qui lui reste au pouvoir "pour "gérer son héritage politique européen."

Angela Merkel a notamment redit son soutien au chef de file du PPE, le parti conservateur européen, pour le poste de futur président de la Commission.  "Je suis un bon membre du PPE", a expliqué la chancelière, qui dit se tenir sur la ligne décidée par le parti. "Le PPE a un chef de file qui s’appelle Manfred Weber, et j’apporterai mon soutien pour qu’il soit élu président de la Commission si nous sortons premier parti politique aux élections européennes." 

Voilà un pied de nez à Emmanuel Macron qui "a de grandes ambitions" et qui est "en train de former une alliance contre Manfred Weber", comme le titrait encore le Tagesspiegel il y a quelques jours pour commenter la volonté du chef de l'Etat français de former une nouvelle coalition du centre au sein du Parlement européen après les élections, "pour pouvoir jouer le rôle de faiseur de rois" face aux conservateurs et aux socialistes.


Des confrontations donc, mais l'interview de la chancelière  a aussi de quoi rassurer. "Sur les questions clés, où va l'Europe, l'économie, la responsabilité que nous avons vis-à-vis du climat et de l'Afrique, là nous sommes quasiment sur la même longueur d'ondes."

 

L'Iran et l'impuissance de Donald Trump 

4 navires commerciaux, dont deux saoudiens, ont été sabotés dans les eaux du Golfe.

4 navires commerciaux, dont deux saoudiens, ont été sabotés dans les eaux du Golfe.

Des relations franco-allemandes aux tensions sur la scène internationale autour de l'Iran, accusé par les Etats-Unis de vouloir s'attaquer à des intérêts américains dans la région. 
Depuis, les Etats-Unis ont retiré leur personnel diplomatique d'Irak, l'Allemagne et les Pays-Bas ont suspendu le travail de leur formateurs militaires dans le pays.


La Frankfurter Allgemeine Zeitung estime ainsi qu'en arriver à ce stade, "montre une fois de plus qu'on n'arrive pas à grand-chose avec la politique du 'toujours mettre la pression' de Donald Trump. Les Iraniens ne sont pas revenu à la table des négociations là où Trump a apparemment voulu les forcer à s'assoir." 
Et aujourd'hui, conclut le journal, "le président américain ne peut pas vraiment se permettre une réponse militaire plus conséquente pour des raisons de politique intérieure." 
C'est le piège que Trump s'est lui-même posé en affirmant que les Etats-Unis ne devaient plus être le gendarme du monde.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !