Alpha Condé en route pour un troisième mandat | Afrique | DW | 02.09.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Alpha Condé en route pour un troisième mandat

Sans surprise, le RPG au pouvoir et ses alliés, ont annoncé la candidature du président Alpha Condé pour un nouveau mandat.

Le président Guinéen Alpha Condé le 22 mars, à Conakry lors du referendum constitutionnel

Le président Guinéen Alpha Condé le 22 mars, à Conakry lors du referendum constitutionnel

Après un mois de faux suspense, le président Alpha Condé a finalement rendu publique sa décision de briguer un troisième mandat. 

Une annonce qui signifie aussi que la contestation menée par les opposants contre une nouvelle candidature du président Condé  va entrer dans une "phase décisive", laissant planer de nouvelles manifestations à haut risque dans ce pays habitué à une répression policière brutale. 

"Nous allons essayer de rassembler non seulement les membres du FNDC mais aussi les sceptiques qui n'étaient pas sûrs que le président Alpha Condé allait s'octroyer un troisième mandat. On ne peut pas perdre tous ces biens matériels et humains, croiser les bras et regarder Alpha Condé faire ce qu'il veut sur le dos des Guinéens", explique Al Habib Bah qui dirige la coordination régionale du Front national de défense de la Constitution à Labé dans le nord du pays. 

Le Front national pour la défense de la Constitution appelle à de nouvelles manifestations dans le pays.

Le Front national pour la défense de la Constitution appelle à de nouvelles manifestations dans le pays.

Un avis que partage le parti PADES qui entend mobiliser ses membres à Kankan, la troisième ville du pays, pour s'opposer à ce qu'il qualifie de coup de force constitutionnel permettant au président Condé de briguer une nouvelle candidature.

"Nous sommes farouchement opposés, il devrait choisir un autre candidat qui pourrait prendre les destinées du RPG. On est contre la modification de la Constitution. Nous sommes contre la gouvernance ou le vol qu’Alpha Condé est en train de faire en ce moment", dit Mamady Kaba du PADES.

Écouter l'audio 02:10

"Nous sommes farouchement opposés à cette candidature"

Après une trêve de plusieurs jours, les jeunes de Kankan, fief traditionnel du parti au pouvoir, le RPG, sont également descendus dans la rue mardi matin pour dénoncer les fausses promesses du régime de Conakry. Les émeutes entre manifestants et force de l'ordre auraient fait un mort et plusieurs blessés.

Pour Nouhan Doumbouya, coordinateur du mouvement de protestation, le président Alpha Condé a déçu les populations qui l'ont aidé à accéder au pouvoir.   

"Toute la population de la Haute-Guinée était derrière Alpha Condé bien avant qu'il ne soit président. On a voté pour lui, pour que quand il sera au pouvoir, il nous donne l'électricité et l'eau. Nous sommes déçus de lui et ce qui nous intéresse actuellement, c'est de donner le maximum d'électricité à la Haute-Guinée."

Des émeutes ont éclaté entre jeunes manifestants et policiers dans la banlieue de Conakry

Des émeutes ont éclaté entre jeunes manifestants et policiers dans la banlieue de Conakry

Des émeutes ont aussi éclaté à Cosa, dans la banlieue nord de Conakry, au lendemain de l'annonce de la candidature d'Alpha Condé. Dans les fiefs de l'opposition, des éléments du Front national pour la défense de la Constitution, ont érigé des barricades, empêchant toute circulation dans une grande partie de la banlieue de la capitale guinéenne. 

Les défenseurs des droits humains dénoncent la dégradation observée au fil des années et les violences des forces de l'ordre lors des manifestations, qui ont fait quelque 200 morts en toute impunité, depuis l'arrivée d'Alpha Condé au pouvoir, selon l'opposition.

A lire aussi →La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique