Ali Bongo Ondimba est-il en possession de toutes ses facultés ? | Arbre à palabre | DW | 23.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Ali Bongo Ondimba est-il en possession de toutes ses facultés ?

Le président Gabonais Ali Bongo Ondimba s'est adressé à la nation le 17 août, à l'occasion du 59e anniversaire de l'accession du pays à la souveraineté internationale. L’opposition et la société civile ne sont pas convaincues par sa capacité à diriger le pays. Ce que refute le pouvoir. On en débat.

Écouter l'audio 38:51

Ali Bongo Ondimba est-il apte à diriger le Gabon ? C’est la problématique du débat sous l'Arbre à Palabres avec les invités d’Eric Topona cette semaine. Un débat en compagnie de : 

-Thomas Borrel, porte-parole de l'association Survie.

-Arsel Moro, enseignant-chercheur en Sciences Politiques à l’Université Omar-Bongo de Libreville.

-Franck Ndjimbi, membre du collectif  "Appel à agir" (qui regroupe des personnalités de l'opposition et de la société civile qui la désignation d’un expert chargé de déterminer si Ali Bongo Ondimba est apte à diriger le Gabon).

"Le président en apte"

Victime d'un AVC il y a dix mois, le président Ali Bongo Ondimba est "fermement aux commandes" et "retrouve son aisance oratoire", a déclaré, lundi 19 août, la présidence du Gabon, lors d'une conférence de presse à Libreville. "Le président est à la manœuvre, il est aux commandes. Ceux qui s'échinent ou s'époumonent sur cette question (...) ont eu toutes les réponses", a déclaré le porte-parole de la présidence Ike Ngouoni, répondant à une question de la presse.

Mais l’opposition et de la société civile n'ont pas du tout le même avis. Pour ces deux camps, le président Bongo, âgé de 60 ans, n'est plus en capacité de diriger le pays, malgré son retour au pays en mars, après plusieurs mois de convalescence à l'étranger.

"Le président ne travaille pas uniquement pour prouver qu'il est aux commandes, chacun peut le constater, chacun peut le voir, il est aujourd'hui à la tâche tous les jours", a repliqué le porte-parole de la présidence.

Décision de justice à venir

La Cour d’appel de Libreville devrait se pencher, lundi 26 août 2019, sur le fond de la demande du collectif "Appel à agir" sur l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba. Le collectif "Appel à agir" exige la désignation d’un expert chargé de déterminer si Ali Bongo Ondimba est apte à assumer ses charges de chef de l’État. "Ce n’est pas à la Cour d’appel de statuer sur une décision de la Cour de cassation. Ce faisant, elle a outrepassé ses compétences. Nous ferons ce qu’il faut pour que la décision de la cour de cassation soit respectée", ont répondu les avocats d’Ali Bongo Ondimba.

Suspension

Präsidenten der Demokratischen Republik Kongo Félix Tshisekedi und Amtskollege Ali Bongo Ondimba (Pressedienst der DRK-Präsidentschaft/G. Kusema)

Ali Bongo Ondimba en compagnie du président de la RDC Félix Tshisekedi à Libreville en juin 2019.

La magistrate qui devait examiner la demande faite par l'opposition gabonaise d'une expertise pour juger la capacité du président Ali Bongo Ondimba à gouverner a été suspendue de ses fonctions, le 19 août dernier. La juge Paulette Akolly avait décidé le 26 juillet, alors que la Cour de cassation lui demandait de se dessaisir, de tenir une audience pour entendre la requête de l'opposition : que le président Ali Bongo se soumette à une expertise médicale pour savoir s'il peut encore exercer ses fonctions.

La rédaction vous recommande