Aider les immigrées à prendre soin de leur santé | Allemagne | DW | 21.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Aider les immigrées à prendre soin de leur santé

Les ministres régionaux chargés de la Santé débattent ce mercredi autour du sujet de l’accès aux soins des immigrées. Un sujet qui préoccupe, depuis plusieurs années, l’association Pro Familia à Bonn.

Pour prévenir certains problèmes de santé liés à l'immigration, l'association Pro Familia à Bonn propose des cours spécialement conçus pour les femmes immigrées. Elle veille à les informer des possibilités proposées par le système de santé allemand, notamment en matière de prévention, de santé des enfants et de contraception. Shohreh Ghavidel est directrice du projet : « Nous avons remarqué que les possibilités de contrôles médicaux et les conseils en planning familial sont trop souvent méconnus des femmes immigrées, ce qui conduit parfois à des grossesses non désirées. C'est tout d'abord pour cette raison que nous avons décidé d'aller à leur rencontre à l'entrée des jardins d'enfants et dans les cours d'allemand qu'elles suivent. »

Listes de vocabulaire

Pour permettre aux femmes immigrées d'accèder plus facilement aux soins dont elles ont besoin, Pro Familia leur procure notamment des listes de vocabulaire spécifique au monde de la santé. Des mots indispensables pour rester en bonne santé et ne pas sombrer dans l'enfermement. « Certains problèmes liés à l'immigration, comme la solitude et l'isolement, ont une répercussion sur l'état de santé physique et psychique des immigrées. De nombreux risques pour la santé sont liés au manque d'information sur le pays dans lequel elles viennent d'arriver », précise Shohreh Ghavidel.

Migranten helfen / beraten ehrenamtlich Freiwillige Bildungslotsen

Aider et conseiller les immigrées, c'est la tâche que s'est donnée Pro Familia

Sexualité

Des informations sur l'Allemagne, les immigrées en reçoivent dans les cours d'intégration obligatoires depuis 2005. En revanche, rien sur la sexualité et la santé féminine alors que toutes les nouvelles arrivantes n'ont pas forcément eu les renseignements dans leur pays d'origine, note la directrice de l'association : « Elles n'ont pas eu de cours d'éducation sexuelle à l'école. Elles n'ont pas été suffisamment informées sur la contraception, la grossesse, l'accouchement, les maladies féminines et comment fonctionnent le corps et les organes. Ça, on ne leur a pas appris à l'école. »

Mais les femmes ne sont pas les seules concernées, depuis peu, l'association Pro Familia, active depuis 2000, propose le même type de cours aux hommes.

Auteur : Antoine Mouteau
Edition : Sébastien Martineau

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet