Afropresse, l′Afrique à travers la presse allemande | Afro-presse (hebdomadaire) | DW | 12.06.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Afropresse, l'Afrique à travers la presse allemande

Le premier sujet concerne le Nigéria. La compagnie pétrolière Shell a trouvé un arrangement avec ceux qui l'accusaient de complicité dans l'élimination, en 1995, de l'écrivain nigérian Ken Saro Wiwa.

default

Shell a finalement préféré éviter un procès en versant 15,5 millions de dollars aux plaignants.

Shell et les neuf pendus du Nigéria, titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung, le trust pétrolier paie des dédommagements mais conteste sa culpabilité dans la mort des neuf hommes. La liste des accusations contre Shell est longue, souligne le journal. Il est reproché à la compagnie d'être complice d'une multitude de violations des droits de l'homme, de tortures et d'exécutions. Le régime militaire nigérian, au pouvoir jusqu'en 1999, détestait Ken Saro Wiwa. L'écrivain était le symbole de la résistance des Ogonis, Et le journal de rappeler la parodie de procès qui conduisit à la pendaison, le 10 novembre 1995, dans le cimetière de Port-Harcourt, de Ken Saro Wiwa et de huit autres militants de la cause ogoni. La Tageszeitung relève la satisfaction du principal plaignant, le fils de Ken Saro Wiwa, devenu entre-temps conseiller du président nigérian. L'arrangement trouvé avec Shell est à ses yeux une réhabilitation de son père. Mais les protecteurs nigérians de l'environnement, qui pendant treize ans ont harcelé Shell devant un tribunal américain, ne cherchaient pas seulement réparation pour les souffrances endurées. Ils ont fait aussi un choix stratégique, souligne le journal. Le premier pays producteur de pétrole au sud du Sahara est en train de réorganiser son secteur pétrolier, source d'injustice et de conflit pendant des décennies. Les anciens compagnons de Ken Saro Wiwa veulent jouer ici un rôle pilote. Ils travaillent à présent avec l'Etat nigérian, et non plus contre lui, logiquement ils ne peuvent donc plus militer contre les grands trusts pétroliers étrangers, mais doivent les emmener avec eux vers plus de justice. A la compagnie Shell maintenant de passer aux actes sur place. Si elle n'avait rien à se reprocher au Nigéria, elle n'aurait sans doute pas dépensé 15,5 millions de dollars pour clôre un procès. Pour la Frankfurter Rundschau Shell a surtout peur de ses clients dans les pays riches, raison pour laquelle elle a payé. Elle a peur, écrit le journal, que nous allions faire le plein chez Aral ou Agip ou, pire encore, que nous roulions à vélo ou en train. Aussi dérangeant que cela soit: Le comportement du consommateur européen décide de la vie et de la mort d'êtres humains à l'autre bout du monde, exemple dans le delta du Niger où Shell va continuer d'extraire allègrement du pétrole.

Omar Bongo, Präsident von Gabon

Du pétrole qui fait tout naturellement la transition avec le Gabon, et donc avec la mort du président Bongo Ondimba.

Le Gabon n'a jamais été un pays qui a beaucoup intéressé les médias allemands. La mort d'Omar Bongo Ondimba ne fait donc pas couler beaucoup d'encre, hormis dans la Tageszeitung qui titre sur "le système Bongo". Le journal relate les péripéties qui ont entouré l'annonce de la mort du président gabonais. Et ajoute qu'elles mettent à nu la maladie de son système de gouvernement. Bongo, souligne la TAZ, n'était pas seulement le doyen des chefs d'Etat africains. C'était aussi et surtout l'araignée dans la toile des amitiés mafieuses entre l'Afrique et Paris - un système détesté par la jeune génération africaine et qui pourrait mourir avec Bongo. Le journal rappelle au passage comment Bongo finançait les partis politiques français, comment le pétrole a fait du Gabon le pays le plus riche d'Afrique avec un revenu annuel par habitant de 4 000 dollars et plus. L'élite, note le journal, nageait dans les produits français de luxe importés. La population végétait dans la pauvreté absolue.

Simbabwe Morgan Tsvangirai Pressekonferenz in Harare

La presse allemande en revanche parle souvent du Zimbabwe. Cette semaine l'occasion lui en est fournie par la tournée du premier ministre Morgan Tsvangirai en Europe et aux Etats-Unis.

Un voyage à l'issue incertaine, estime la Süddeutsche Zeitung qui note que Morgan Tsvangirai doit rencontrer le 15 juin à Berlin la chancelière Angela Merkel. Tsvangirai a besoin de l'aide financière de la communauté internationale, faute de quoi il ne peut faire avancer le processus de réforme au Zimbabwe. Mais les bailleurs de fonds hésitent, souligne le journal. D'une part les pays occidentaux sont eux-mêmes touchés par la crise financière mondiale, ce qui devrait amoindrir l'aide à l'Afrique. De l'autre Tsvangirai gouverne à Harare aux côtés d'un président honni par de nombreux pays. Au mieux, écrit le journal, les deux camps travaillent l'un à côté de l'autre. Mais la plupart du temps les vieilles forces cherchent à bloquer les nouvelles, le vieux président freinant en permanence son premier ministre. Jusqu'à présent les partisans de la ligne dure qui entourent Mugabe n'ont malgré tout pas réussi à faire chuter le gouvernement d'union nationale. Les pays industriels allouent déjà plusieurs centaines de millions de dollars par an au Zimbabwe au titre de l'aide humanitaire. Mais Tsvangirai a besoin de plus. Tout l'art consiste à faire parvenir l'argent au Zimbabwe sans que le camp Mugabe puisse en profiter pour s'enrichir. Et c'est compliqué.

Enfin au chapitre du combat contre la corruption précisément la Tageszeitung se fait l'écho de l'action lancée au Kenya par tout un réseau d'églises, de médias, d'écrivains et d'organisations de développement, à savoir rendre accessible au grand public un livre paru l'an dernier sous la plume de la journaliste britannique Michaela Wrong. Son titre "It's our Turn to Eat", "C'est à notre tour de manger". Un livre qui dénonce la corruption au Kenya. 5 200 exemplaires vont être distribués, alors que des stations de radio lisent régulièrement des extraits de l'ouvrage.

  • Date 12.06.2009
  • Auteur Marie-Ange Pioerron/Fréjus Quenum
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/I8LT
  • Date 12.06.2009
  • Auteur Marie-Ange Pioerron/Fréjus Quenum
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/I8LT
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !