Affaire Wulff : la presse en fait-elle trop ? | Vu d′Allemagne | DW | 16.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Affaire Wulff : la presse en fait-elle trop ?

L'heure est à l'autocritique pour les journaux allemands. Après avoir dénoncé d'une seule voix les maladresses et les non-dits du président Christian Wulff, les médias s'interrogent sur cette unanimité de circonstance.

Un récent sondage a montré que 56% des Allemands souhaitent que Christian Wulff reste en poste

Un récent sondage a montré que 56% des Allemands souhaitent que Christian Wulff reste en poste

Il n'était encore jamais arrivé que le "quatrième pouvoir" se montre aussi unanime sur une affaire de cette importance, observe tout d'abord la Westdeutsche Allgemeine Zeitung. Et cette unanimité devrait inciter les médias à entendre ceux qui leur reprochent de mener une chasse à l'homme. Ces derniers ont à la fois raison et tort. Toute recherche méticuleuse peut s'apparenter à une chasse. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'elle ne soit pas justifiée. Et le quotidien estime que Christian Wulff, lui-même, fournit continuellement aux journalistes de bonnes raisons de continuer à enquêter.

Démission peut-on lire sur cette pancarte lors d'un rassemblement devant la résidence du président, à Berlin

"Démission" peut-on lire sur cette pancarte lors d'un rassemblement devant la résidence du président, à Berlin

Pour la Süddeutsche Zeitung, les reproches adressés au président fédéral deviennent de plus en plus petits, mesquins, étriqués. Ils ressemblent de plus en plus à l'homme auquel ils sont destinés. Hier, on évoquait le fait que Christian Wulff se soit laissé inviter à la Fête de la bière. Demain, on expliquera certainement qu'on lui a offert plus de pintes de bière qu'à d'autres. Le débat est en train de devenir aussi médiocre que le rôle joué par le président dans l'affaire du crédit dont il a bénéficié pour sa maison.

Die tageszeitung appelle de son côté à plus de discernement : avec toutes ces discussions sur la maison de Christian Wulff, sur ses nuits passées à Majorque, à Munich ou à Miami, avec tout le débat sur la dignité que devrait avoir non seulement un homme, mais aussi une fonction officielle, le plus grand scandale de l'année écoulée a été relégué à une vitesse effrayante à l'arrière-plan.

Une manifestation néonazie était organisée à Magdebourg samedi. Une contre-manifestation a rassemblé 10.000 personnes

Une manifestation néonazie était organisée à Magdebourg samedi. Une contre-manifestation a rassemblé 10.000 personnes

Quel scandale ? Celui de la cellule terroriste néonazie de Zwickau, qui a tué pendant des années, et de la défaillance d'un Etat qui n'a pas su la découvrir. On a le sentiment désagréable que, dans cette affaire, personne ne portera la responsabilité de toutes les erreurs et négligences, de tous les ratés et insuffisances des autorités. Dans cette affaire, ce désole la taz, il n'y a encore eu aucune démission, même pas un appel à démissionner.

Auteur : Sébastien Martineau
Edition : Anne Le Touzé

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !