Acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé : l′essentiel | Afrique | DW | 15.01.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé : l'essentiel

L'ancien président de la Côte d'Ivoire et l'ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes sont acquittés par la Cour pénale internationale (CPI). Ils ne sont cependant pas encore libres.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont été acquittés ce mardi de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI). Une cour basée à la Haye aux Pays-Bas qui a aussi ordonné la remise en liberté de l'ancien président de la Côte d'Ivoire et de l'ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes. Mais cette remise en liberté des deux accusés est suspendue jusqu'à mercredi 16, afin de laisser le temps à l'accusation de répondre à la décision rendue par la Cour. 

Que reprochait-on aux deux accusés ? 

Le procès des deux hommes avait débuté en janvier 2016. Ils étaient jugés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains. Des faits qui s'étaient déroulés pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

À l'époque Laurent Gbagbo refusait de céder le pouvoir à l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara (il avait finalement été arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par les Nations unies et la France, avant d'être remis à la CPI). Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois. 

Pourquoi un acquittement ? 

Internationaler Strafgerichtshof Den Haag Prozess Charles Blé Goudé (Michael Kooren/AFP/Getty Images)

Charles Blé Goudé

Les deux hommes ont toujours plaidé non coupable.  Leurs avocats demandaient un non-lieu total en octobre dernier, estimant "insuffisants" les éléments de l'accusation pour prouver les charges "au-delà de tout doute raisonnable".

Ce mardi, lors de l'audience à la Cour pénale internationale, un juge a expliqué que cette décision avait été prise à l'unanimité car "l'accusation ne s'est pas acquittée de la charge de la preuve conformément aux critères requis" par la justice internationale.

Sont-ils déjà libres ?

La Cour a donc demandé la remise en liberté des deux hommes. Mais la mise en liberté des deux accusés est suspendue jusqu'à mercredi, afin de laisser le temps à l'accusation de répondre à la décision des juges. Le procureur pourrait aussi faire appel, ce qui pourrait suspendre la remise en liberté.  

Niederlande Chefanklägerin beim Internationalen Strafgerichtshof in Den Haag | Fatou Bensouda (picture-alliance/AP Photo/P. Dejong)

Fatou Bensouda, procureure de la CPI, "poursuit" ses enquêtes en Côte d'Ivoire

La Procureur de la CPI, indique, ce mardi dans un communiqué qu'elle va "examiner attentivement la décision écrite de la Chambre de première instance et ses motifs dès qu’ils seront disponibles". "Nous allons déterminer la marche à suivre", écrit encore Fatou Bensouda. "Je tiens à ajouter que nos enquêtes se poursuivent en Côte d’Ivoire. Nous restons déterminés à nous acquitter de notre mandat en vertu du Statut de Rome. Ce faisant, mon Bureau est résolument déterminé à remplir son rôle, en gardant avant tout et toujours à l’esprit le sort des victimes dans ce pays."

Quels sont les réactions ? 

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé se sont pris dans les bras sous les applaudissements de leurs sympathisants présents dans la tribune publique de la salle d'audience. 

Pascal Affi Nguessan, président du FPI, à la DW: 'Il faut dire aux victimes que leur douleur ne sera pas ignorée. Tous ceux qui ont souffert seront pris en compte, quel que soit leur camp'. Il estime que Laurent Gbagbo "peut être candidat [à la présidentielle] en 2020 s'il le souhaite. S’il a d’autres plans pour sa carrière politique, les organes du parti le décideront."

Jean Paul Benoît, avocat de l'Etat ivoirien, estime que l'acquittement de l'ancien président ivoirien et de Charles Blé Goudé par la CPI est "prématuré".

À Gagnoa, la ville natale de Charles Blé Goudé, un journaliste de l'agence France Presse, évoque la liesse sur place. "Libéré, libéré", ont crié quelque 200 personnes réunis d'abord dans une salle puis sur un stade de foot. Une ambiance qui contraste évidemment avec les victimes des violences de 2010-2011. Sur la DW ce mardi soir, le président du collectif des victimes parle d'un "coup de massue".

Lire aussi → Acquittement de Gbagbo et Blé Goudé : joie de Simone Gbagbo
                      → Après le verdict de la CPI: la liesse des partisans de Gbagbo

Dans un tweet, Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président congolais, a salué la décision. En juin l'an dernier, il avait été lui aussi acquitté, après une première condamnation à 18 ans de prison pour des crimes commis par sa milice en Centrafrique entre 2002 et 2003.

Vidéo → Laurent Gbagbo acquitté : ses partisans en fête

La rédaction vous recommande

Liens

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !