Accusations mutuelles de double langage en RCA | Afrique | DW | 31.12.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Accusations mutuelles de double langage en RCA

Toujours pas de règlement en vue à la crise politico-militaire en République centrafricaine. La coalition rebelle du Séléka menace à nouveau de marcher sur Bangui, la capitale.

default

Statue de soldat centrafricain à Bangui

Le président François Bozizé l'a promis après sa rencontre avec le président en exercice de l'Union africaine, le Béninois Yayi Boni : il ne briguera pas un nouveau mandat en 2016. Il s'est dit prêt aussi à négocier avec la rébellion en vue de former un gouvernement d'union nationale.

La rébellion, regroupée au sein du Séléka, ne croit pas à ces promesses et fait de nouveau monter la pression en menaçant de marcher sur Bangui. Un dernier verrou reste à sauter, ou à contourner : celui de la ville de Damara, à 75km au nord de Bangui.

Écoutez ci-dessous les propos du porte-parole militaire du Séléka, le colonel Djouma Narkoyo, auquel répond le ministre centrafricain de l'Administration du territoire et porte-parole du gouvernement, Josué Binua. Chacun des deux camps accuse l'autre de double langage. Ils sont interrogés par Kossivi Tiassou.

Écouter l'audio 01:27
Now live
01:27 min

Le colonel Djouma Narkoyo

Écouter l'audio 01:37
Now live
01:37 min

Le ministre Josué Binua

Archives

Audios et vidéos sur le sujet