A-t-on encore besoin du FDP ? | Vu d′Allemagne | DW | 04.04.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

A-t-on encore besoin du FDP ?

La presse commente largement la démission de Guido Westerwelle mais s’interresse également aux violences en Afghanistan.

default

Guido Westerwelle s'en va, le FDP reste au plus bas dans les sondages

Tout le monde ou presque est d'accord pour dire que Guido Westerwelle est responsable du délabrement de son parti, le FDP, note die Tageszeitung. Cela dit, son départ ne sortira pas les libéraux de la crise. Le journal leur prédit déjà une série de défaites électorales dans trois scrutins régionaux à venir. Et pour cause : toutes leurs idées sont devenues douteuses ou alors ont été reprises par d'autres partis à commencer par le concept de libéralisme lui-même. Responsabilité, émancipation sont des notions qui sont aujourd'hui également revendiquées par les Verts et les conservateurs. Du coup, conclut le journal, le FDP n'est plus un parti dont on a vraiment besoin.

Pour die Welt, le FDP pourrait apprendre beaucoup de la stratégie des écolos. Il devrait par exemple se rappeler la façon dont ils se comportaient dans les années 80, peu après la naissance de leur parti. Au lieu de courir après les foules comme le font actuellement les libéraux, les Verts ont toujours maintenu le cap, avec conviction, crédibilité et pugnacité, heureux de naviguer à contre-courant. Malgré ou à cause de leurs provocations, ils représentent aujourd'hui la troisième voire la deuxième force politique du pays.

Proteste in Afghanistan

Les violences ont déjà fait au moins 24 morts en trois jours

La Frankfurter Allgemeine Zeitung revient sur les violentes manifestations du week-end en Afghanistan. Ces manifestations, organisées pour protester contre l'autodafé public d'un Coran aux Etats-Unis, montrent à quel point la situation est encore fragile dans le pays, note le journal et ce malgré les progrès rapportés par l'état major de la coalition internationale.

La Süddeutsche Zeitung remarque de son côté que la colère contre l'Occident n'est plus l'apanage des seuls extrémistes. De nombreux Afghans partagent désormais ce sentiment, déçus parce que de nombreuses promesses n'ont pas été tenues. D'ici 2014, l'Otan veut transférer la plupart de ses responsabilités aux autorités de Kaboul, rappelle le quotidien. C'est nécessaire car il y a fort à parier que l'Alliance atlantique n'arrivera pas à redresser sa cote de popularité auprès de la population dans les mois à venir. Cela dit, les attaques contre l'Onu montrent à quel point la police afghane est mal armée pour faire face à ces agressions. Or, rappelle le journal, le transfert de responsabilités en matière de sécurité joue un rôle central dans les plans de retrait de la coalition internationale.

Auteur : Konstanze von Kotze
Edition : Marie-Ange Pioerron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !