2012, année électorale en Afrique | Afrique | DW | 02.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

2012, année électorale en Afrique

Tout comme l'année 2011, 2012 sera à nouveau une année de scrutins présidentiels et législatifs en Afrique. Dans certains pays, les rendez-vous électoraux sont attendus avec fébrilité.

default

Les premiers électeurs invités aux urnes sont ceux du Sénégal et du Mali, qui éliront leurs nouveaux présidents le 26 février et le 29 avril. Toujours au compte des présidentielles, suivront la Sierra Leone en septembre, le Ghana et le Kenya en décembre. On votera également en Angola et en Egypte, mais aucune date n'a été indiquée pour l'instant.

Des élections législatives sont aussi au programme en Guinée, en Algérie, au Burkina Faso, au Togo, au Cameroun et au Congo-Brazzaville. En plus des scrutins présidentiels, le Mali et l'Angola auront aussi à organiser des scrutins législatifs.

Scrutins incertains

En Mauritanie, les élections sénatoriales et législatives de l'année passée avaient été reportées, sans autre précision. Selon certaines sources, elles devraient se tenir cette année avant mars.

En Libye, l'élection de l'Assemblée constituante devrait aussi normalement avoir lieu cette année. A Madagascar, les élections présidentielle et législatives qui étaient prévues en mars de l'année passée, mais qui avaient été reportées, pourraient se tenir en juillet 2012. Enfin il y a le Zimbabwe, où le président Robert Mugabe insiste sur la tenue d'élections générales en 2012 pour mettre fin à la cohabitation avec son opposant, le Premier ministre Morgan Tsvangirai.

Am 11. Oktober haben 1,7 Wahlberechtigte über einen neuen Präsidenten, neue Senatoren und ein neues Parlament abgestimmt.. Foto DW/Katrin Gänsler 11.10.2011

Le vote : un droit civique fondamental

Quels enjeux pour ces élections ?

Les élections en Afrique sont souvent sources de tensions, comme l'ont montré la crise post-électorale ivoirienne et celle en cours en RDC. Parmi les scrutins "délicats" : celui du Sénégal, avec l'éventualité que le chanteur-vedette sénégalais Youssou N'Dour se présente à l'élection de février. Il avait annoncé pendant un concert fin novembre qu'il mettait la scène entre parenthèses et avait formé son propre mouvement politique, "Fekke Maci Boolé" ("Je suis engagé", en wolof). Il pourrait être un adversaire de poids face à Abdoulaye Wade, qui tient à briguer un troisième mandat malgré la contestation de l'opposition.

Le président malien, Amadou Toumani Touré, quant à lui, a promis de quitter le pouvoir et d'organiser des élections présidentielle et législatives libres et transparentes.

Ecoutez ci-dessous l'analyse de Sadikou Alao du Groupe d'Etudes et de Recherche sur la Démocratie et le Développement Economique et Social en Afrique (GERDES). Il se penche notamment sur les scrutins présidentiels au Sénégal et au Mali.

Auteur : Eric Segueda
Edition : Anne Le Touzé

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet