Élan de solidarité à Brazzaville | Afrique | DW | 07.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Élan de solidarité à Brazzaville

Le Congo-Brazzaville observe un deuil national jusqu'à l'inhumation des morts de l'explosion du régiment blindé à Brazzaville. Le gouvernement a lancé un appel à la solidarité pour venir en aide aux sinistrés.

Selon un dernier bilan, au moins 200 personnes ont péri dimanche et plus de 1300 autres ont été blessées. Depuis mardi, les écoles et les buvettes sont fermées. Et la ministre de la solidarité et des actions humanitaires a lancé un appel à endroit de toute personne à venir en aide aux sinistrés en apportant entre autres des vivres, des médicaments, des matelas et des ustensiles de cuisine. Alphonse Malonga s'est converti en secouriste : « un des mes amis m'avait appelé pour aller constater les dégâts, après on s'est mis à secourir les victimes, les morts. Depuis le jour du drame ils sont sous les murs. Ils ne pouvaient plus survivre. Il y'a un problème de sang qui se pose. S'il ya une banque de sang ouverte quelque part, je suis prêt à donner de mon sang. »

Kongo-Brazzaville Explosionsserie in Brazzaville

Ce Congolais recherche encore les survivants parmi les décombres

Dons de médicaments

Dans cet élan de solidarité figurent des individualités, des fondations comme Congo assistance dirigée par Antoinette Sassou N'guesso et la fondation Edith Lucie Bongo Ondimba qui apportent leurs dons. C'est aussi le cas de l'association pour la lutte contre le diabète qui a ciblé les déplacés souffrant de cette maladie chronique. L'ALCD s'est installée au site Sacré-Cœur qui compte 3367 sinistrés. André Mansinsa est le coordonateur général de L'ALCD : « Nous avons des médicaments pour le type 1, nous avons des insulines. On a des mistards, on a l'insulatard, on a l'actrapide. Ce sont des médicaments que nous devons leur donner gratuitement jusqu'à ce qu'ils repartent dans leurs maisons. » Certains sinistrés qui sont au site de Nkombo se plaignent du fait que la nourriture leur est servie une seule fois par jour et tard dans la nuit.

Le Plus WEB : écoutez ci-dessous le reportage d'Olivier Otou à Brazzaville !

Auteur : Olivier Otou, correspondant à Brazzaville
Edition : Georges-Ibrahim Tounkara

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !