Zu Guttenberg doit-il démissionner ? | Vu d′Allemagne | DW | 23.02.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Zu Guttenberg doit-il démissionner ?

Deux grands thèmes à la Une des journaux allemands : l’affaire de plagiat impliquant le ministre allemand de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg et la situation en Libye.

default

Le ministre a admis de graves erreurs dans sa thèse.

Le journal die Welt prend la défense du ministre zu Guttenberg et estime que s'il s'est d'abord voilé la face, il a ensuite réagi de façon honorable en renonçant à son titre de docteur. Il serait maintenant intelligent et approprié de le laisser travailler. Ce n'est qu'à ce moment-là que Karl-Theodor zu Guttenberg pourra montrer ce dont il est vraiment capable.

Dossierbild Guttenberg Doktorarbeit Plagiat Bild 3

Karl-Theodor zu Guttenberg a renoncé à son titre de docteur

Zu Guttenberg doit-il démissionner ? s'interroge la Süddeutsche Zeitung. Il doit en tout cas avoir honte. C'est à lui de décider quelles conséquences tirer de cette affaire. C'est une question d'honneur. D'autres ministres moins populaires ont déjà démissionné pour des affaires moins graves, même si celles-ci étaient liées plus directement à leur fonction.

La Tageszeitung est plus catégorique : obtenir un diplôme en faisant du copier-coller n'est pas une peccadille. Un homme politique à un poste important a à plusieurs reprises menti et triché Comment lui faire confiance à l'avenir ? Pour le quotidien, le fait que la chancelière Angela Merkel souhaite garder Karl-Theodor zu Guttenberg au sein du gouvernement est un scandale. C'est maintenant officiel : la popularité est plus importante que la crédibilité.

Ansprache Gaddafi

Mouammar al-Kadhafi a déclaré mardi à la télévision qu'il ne quitterait pas le pouvoir

La Frankfurter Allgemeine Zeitung se penche sur la situation en Libye, où Mouammar al-Kadhafi refuse toujours d'abandonner le pouvoir. Le quotidien évoque le rôle peu glorieux de l'Union européenne. Jusque récemment, le « guide de la révolution » pouvait planter sa tente à Paris ou à Rome quand bon lui semblait. Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi était même qualifié d'ami par Kadhafi. La Libye regorge de matière première et a promis à l'ancienne puissance coloniale de stopper le flux de clandestins africains, d'où le refus du gouvernement italien de menacer Kadhafi de sanctions. L'Union européenne est encore loin d'avoir une politique commune concernant les pays de la Méditerranée. Quoiqu'il en soit, les jours de Kadhafi au pouvoir sont comptés et même son ami Berlusconi ne pourra rien y faire.

La Frankfurter Rundschau appelle les Européens à réagir rapidement face au vent de changement qui souffle sur le monde arabe. Pour développer la démocratie au Proche-Orient, il faut prendre les pays de la région au sérieux et les traiter comme de véritables partenaires et non plus simplement comme des digues de protection contre les migrants ou les terroristes. Si l'Union européenne agit en ce sens, alors ce sera un changement de cap essentiel, qui arrivera certes tard, mais pas trop tard.

Auteur : Aude Gensbittel
Edition : Carine Debrabandère

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !