« Y penser sans cesse » | Forum des cultures | DW | 11.06.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Forum des cultures

« Y penser sans cesse »

Dans son dernier ouvrage, Marie NDiaye évoque Berlin et ses fantômes.

###ACHTUNG! NUR FÜR AUDREY PARMENTIERS BEITRAG ÜBER DIESE LESUNG BEIM FESTIVAL### Auf dem Bild ist die französische Schriftstellerin Marie NDiaye zu sehen, die 2009 den Prix Goncourt für das Buch Drei starke Frauen bekommen hat. Der Copyrightinhaber ist der Verein La Ménagerie. e.V., mit dem ich das Nutzungsrecht des Bilds geklärt habe: Ich darf das Bild für einen Beitrag über eine Lesung benutzen, die während ihres Festivals stattgefunden hat. Zugeliefert von Audrey Parmentier .

Marie NDiaye

C'est dans le cadre du Festival de théâtre francophone de Berlin, un festival organisé pour la troisième fois par l'association La Ménagerie, que Marie NDiaye est venue lire son dernier ouvrage en date, « Y penser sans cesse ». Ce texte sans ponctuation nous plonge au cœur de Berlin et de son histoire.

« Y penser sans cesse » est sorti dans sa version bilingue allemand-français en février 2011 aux éditions de L'arbre vengeur. Mais ce texte fait partie d'un projet plus vaste, intitulé Die Dichte, que l'on peut traduire par la densité, et qui est composé de cette lecture, d'un film sur Berlin de Denis Cointe et de la performance musicale d'un pianiste et d'un saxophoniste.

Le texte de Marie NDiaye est écrit sans ponctuation comme un poème fait pour être déclamé. Il s'agit d'une promenade dans Berlin, avec en filigrane, l'histoire chargée de cette ville, et notamment les Stolpersteine, littéralement les pierres sur lesquelles on butte, pavés de cuivre que l'on trouve devant les maisons des Juifs qui ont été déportés ou assassinés sous le troisième Reich.

La langue allemande, langue d'adoption des deux protagonistes, fait partie des personnages du texte, tout comme la petite fille qu'était la narratrice, et le fantôme du petit garçon déporté qui habitait dans leur immeuble.

Auteur: Audrey Parmentier
Edition: Aude Gensbittel

Écouter l'audio 12:35
Now live
12:35 min

Ecoutez le Forum des Cultures

Audios et vidéos sur le sujet