Westerwelle doit rembourser | Vu d′Allemagne | DW | 19.01.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Westerwelle doit rembourser

Les journaux commentent la révélation faite hier par le FDP : le parti libéral allemand membre de la grande coalition au pouvoir a reçu pendant la campagne 1,1 millions d'euros de dons de la part du secteur hôtelier.

default

Deux choses dans cette affaire sont douteuses selon la Frankfurter Rundschau : l'importance de la somme versée et la décision prise ensuite par la nouvelle coalition que personne ne prend la peine d'expliquer. La famille du baron August von Finck a donné au FDP la bagatelle d'un million d'euros en l'espace de douze mois. Ce qui correspond à la moitié de l'ensemble de donations habituelles. Ce n'est pas rien. Et là le parti approuve une loi sur la baisse de TVA dans l'hôtellerie… une loi qui rend le système fiscal non pas plus simple, mais bien plus compliqué. Et le journal de conseiller vivement à Guido Westerwelle de rembourser cet argent aussi vite que possible, sans quoi c'est sa politique qui apparaîtra bien simpliste.

La Süddeutsche Zeitung rappelle au passage que la législation interdit « les dons promis aux partis dans l'attente ou en contrepartie d'un avantage économique ou politique ». A partir de là, on peut dire que cette affaire est extrêmement louche. Certes, une entreprise ne peut pas acheter une loi aussi simplement, mais lorsqu'elle fait un don, il ne s'agit pas d'un geste caritatif.

Les quotidiens reviennent par ailleurs sur l'opération commando menée par les taliban hier à Kaboul. L'objectif de ces attaques n'était pas militaire, affirme la Tageszeitung, mais relevait de la propagande. Le jour d'une réunion ministérielle et peu avant la conférence internationale sur l'Afghanistan, le moment n'a probablement pas été choisi par hasard. En prouvant que le centre du pouvoir lui-même n'est pas sécurisé, les insurgés démontent la légitimité de la stratégie Obama.

« La communication par la terreur » titre die Welt, qui comprend de la même façon l'acte des taliban. En effet, si le gouvernement Karzaï et ses protecteurs occidentaux ne sont pas capables d'assurer leur propre sécurité, comment pourraient-ils protéger la petite fille sur le chemin de l'école ?

Auteur : Anne-Julie Martin / Rédaction : A. Ranaivoson

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !