Washington avertit Kigali | Afrique | DW | 23.07.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Washington avertit Kigali

Les États-Unis ont suspendu une partie de leur aide militaire au Rwanda. Le gouvernement américain a expliqué cette mesure par le soutien du Rwanda à la rébellion dans l’est de la République démocratique du Congo.

« À la lumière d'informations selon lesquelles le Rwanda soutient des groupes armés en RDC, le département d'État a décidé qu'il ne pouvait plus fournir au Rwanda de financement militaire étranger pour l'exercice budgétaire en cours. » Le texte du communiqué publié hier démontre bien la dégradation des relations entre Washington et Kigali. Washington a en particulier suspendu une aide de 200.000 dollars qui finance une académie militaire.

La raison de cette décision : le soutien de Kigali aux rebelles du M-23. Washington continuera toutefois de contribuer à la formation de troupes rwandaises participant à des forces de maintien de la paix. Pour sa part, le Rwanda nie tout soutien aux rebelles et déplore cette décision de son allié.

Kongo Rebellen

Rebelle dans la région du Kivu, à la frontière entre la RDC et le Rwanda

Déstabiliser la région des Grands lacs

Les États-Unis ont de nouveau enjoint leur allié de "cesser de soutenir" la rébellion en RDC qui "menace de déstabiliser la région" des Grands lacs. Les mutins du M-23 s'opposent depuis mai à l'armée congolaise dans l'est du Nord-Kivu, où ils ont leurs bases, dans ce secteur frontalier du Rwanda et de l'Ouganda. Ils viennent de prendre plusieurs localités de la province.

D'après un rapport d'experts de l'ONU rendu public fin juin, le M-23 a reçu une aide directe de hauts responsables rwandais, sous forme d'armes, munitions et recrues. L'ONU accuse nommément le ministre de la Défense, le général James Kabarebe, et le chef d'état-major des armées, le général Charles Kayonga.

Le Rwanda et son président Paul Kagame (photo de tête) ont toujours démenti tout soutien aux mutins. La ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a déploré une décision de "nos amis américains" fondée sur de "mauvaises informations" et "factuellement fausse". Celle-ci a annoncé une rencontre avec des experts de l'ONU la semaine prochaine, au cours de laquelle Kigali "réfutera ligne par ligne" le rapport accusatoire de l'ONU.

Kongo Armee sucht nach Milizenchef Bosco Ntaganda

L'armée congolaise à la recherche du chef rebelle du CNDP, Bosco Ntaganda

CNDP contre FDLR

Le M-23 est issu d'une ancienne rébellion tutsie en RDC, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP). Ces ex-insurgés ont été en principe intégrés à l'armée congolaise dans le cadre d'un accord de paix scellé avec Kinshasa le 23 mars 2009. Mais le M-23 reproche au président congolais Joseph Kabila d'être revenu sur ce réglement et réclame son application complète.

Ce CNDP était déjà réputé soutenu par le Rwanda pour combattre, sur le sol congolais, des rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Les FLDR sont en effet accusées par Kigali d'avoir participé au génocide des Tutsis par des extrémistes hutus au Rwanda en 1994 et de représenter toujours une menace militaire contre le régime du président Kagame.

Dans ce contexte, quel sera l'impact de cette suspension de l'aide militaire américaine ? La réponse de Freddy Nkurikiyé, consultant en développement international à l'ONG Interafrica.

Écouter l'audio 02:03

"Ce signal politique est à prendre au sérieux mais on n'est pas encore au stade d'une rupture d'alliance", explique Freddy Nkurikiyé

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !