Vivre à Göttingen : la ville universitaire du plus court chemin | Allemagne | DW | 06.10.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Vivre à Göttingen : la ville universitaire du plus court chemin

Habiter, étudier, aller au restaurant ou faire la fête, Göttingen est la ville du plus court chemin d’un point à un autre. S’il n’est pas démesuré, le paysage de cafés, de bars, de cinémas et de théâtres est bien varié.

«Bien sûr, ce n'est pas la Seine (...) Mais c'est bien joli tout de même, A Göttingen, à Göttingen», chantait Barbara

« C'est bien joli tout de même, A Göttingen, à Göttingen», chantait Barbara en 1967

Que ce soit dans les amphis ou au café, Göttingen ne connaît pas les longs détours. A pied ou à vélo, tout (ou presque) est accessible en dix minutes au maximum. Et même si la plupart des facultés de l’université se trouvent désormais sur l’un des deux campus en-dehors du centre-ville, l’université Georgia Albertina n’est pas une université à campus conventionnel, en raison de la grande interpénétration du quotidien de Göttingen et du monde estudiantin. A une exception près : dans les cafés et les bars, on reste entre soi. Les étudiants ont leurs endroits, les habitants de Göttingen se retrouvent ailleurs.

Se donner rendez-vous ? Inutile...

Il fait bon s'attarder le soir aux terrasses des cafés...

Il fait bon s'attarder le soir aux terrasses des cafés...

Vous avez égaré le numéro de téléphone de votre nouvelle conquête d'hier soir ? Ce n’est pas grave. A Göttingen, on finit toujours par se croiser. En raison du grand nombre de clubs et de cafés sur l’espace restreint du centre-ville, il est presque impossible de ne pas se rencontrer. Surtout le mercredi, lorsque les différents débits de boissons de ville proposent aux étudiants des tarifs réduits pour l’entrée et les breuvages.

Un max de culture sur peu de place

Les habitants de Göttingen adorent leur ville. Ils sont particulièrement fiers de sa programmation culturelle. Trois théâtres se partagent les faveurs du public : le « Deutsches Theater » (le Théâtre allemand), le « Junges Theater » (le Jeune théâtre) et le « Theater im OP » (le Théâtre de la salle d’opération). Et les quatre salles obscures de la ville ont quasiment à l’affiche tous les films du moment : du film à grand spectacle au cinéma d’art et d’essai. Et les concerts et les fêtes ne manquent pas non plus. A Göttingen, il se passe bien plus de choses que ne le laisserait supposer la taille de la ville.

Barbecue et dolce vita

L’été, on se retrouve sur la Schillerwiese, sur la Wilhelmsplatz devant le bâtiment historique de l’université ou bien sur l’une des deux grandes places du campus. Barbecue. Bronzage et lecture sont au programme... et parfois aussi révisions.

Foyer ou coloc’, l’essentiel c’est d’être au centre

1983 : un ancien moulin à tan restauré devient foyer d'étudiants

1983 : un ancien moulin à tan transformé en foyer d'étudiants

Lors du semestre 2008/2009, parmi les quelque 24 000 étudiants inscrits, 5 000 logeaient directement dans le centre-ville. Près de la moitié d’entre eux habitent dans l’un des nombreux foyers, d’autres se partagent des colocations. Certains ont aussi leur propre appartement. A Göttingen, ce qui vaut pour les cafés, les coiffeurs ou les snacks vaut aussi pour les loyers : accessibles et adaptés aux revenus modestes des étudiants.

Randonnée, canotage et ski

Mais les alentours de Göttingen ont aussi beaucoup à offrir. Depuis la réunification allemande en 1990, la ville se trouve au centre de la nouvelle République fédérale et a abandonné sa situation excentrée. L’accès à toutes les autres régions du pays est facile. A l’est de la ville s’élèvent les montagnes du Harz qui permettent de se livrer aux joies de la randonnée, du ski ou du snowboard, selon la saison. Tout près de là se trouvent aussi les rivières Weser et Werra.

Auteur : Anna Grabowski

Edition : Naïma Guira

La rédaction vous recommande

Liens