Visiter un camp de concentration, bientôt une obligation en Allemagne? | Vu d′Allemagne | DW | 11.01.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Visiter un camp de concentration, bientôt une obligation en Allemagne?

En Allemagne, la proposition de visites obligatoires de camps de concentration fait débat. Une idée du secrétaire d'Etat berlinois, Sawsan Chebli (SPD). Ces visites obligatoires s'appliqueraient également aux migrants.

A l’origine de cette proposition de visites obligatoires de camps de concentration, on trouve une série d'incidents antisémites qui sont en partie associés aux réfugiés. Il y a eu ainsi des attaques contre des étudiants juifs, dont certaines ont même conduit les adolescents à quitter leur école. 

Une mesure insuffisante...

Mais cette proposition laisse sceptique Matthias Heyl. Historien et titulaire d'un doctorat en philosophie, il est responsable des services éducatifs des mémoriaux de Brandebourg et pense qu'"espérer qu’un mémorial peut en deux heures et demie créer une mémoire-éducative pour lutter contre l’extrémisme de droite, l'antisémitisme et autres" est une illusion. Il poursuit: "l’expérience nous a montré que cela ne fonctionne pas vraiment. Et j'estime que les réfugiés qui sont amenés ici dans des groupes aussi fermés n'ont pas besoin de l'histoire des crimes de masse nazis".

Pour sa part, le président du Conseil central des Juifs d'Allemagne, Josef Schuster, soutient les demandes d'une visite obligatoire des sites commémoratifs des camps de concentration, notamment pour les jeunes. 

65 Jahre Befreiung Auschwitz (AP)

Facade du camp de concentration d'Aushwitz Birkenau

Avec une préparation appropriée, tous les élèves du secondaire devraient visiter au moins une fois un camp de concentration, selon Josef Schuster. Cela vaut également pour les migrants qui sont venus en Allemagne. Quiconque a connu la fuite et les déplacements peut lui-même comprendre où la persécution et la haine ont conduit, explique-t-il. 


... et potentiellement traumatisante?

Mais c'est un point de vue totalement inverse qui préoccupe Matthias Heyl: "Il y a un risque d’accentuer le traumatisme pour certains qui viennent ici (en Allemagne) avec une expérience terrible de la guerre et des persécutions. Ce ne serait pas approprié pour ces gens d’aller dès leur arrivée dans un mémorial de camp de concentration" selon lui. 

De telles situations ont déjà été rapportées à plusieurs reprises au cours des années précédentes. 

Ainsi, lorsque des adolescents venus en Allemagne après la guerre en ex-Yougoslavie se sont rendus dans un ancien camp, il y ont vu des images de leurs propres souffrances. 


Dans ce débat, Helmut Holter, le ministre de l'Education du Land de Thuringe, dans l'est du pays, estime pour sa part que le principe du volontariat devrait avoir la priorité. Il vaudrait mieux en effet, affirme-t-il, mettre en place des stratégies pour inciter les jeunes à découvrir par eux-mêmes ce chapître dramatique de l'histoire allemande.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !