1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Visite à Moscou de Viktor Iouchtchenko

Le nouveau président ukrainien, Viktor Iouchtchenko, a réservé sa première visite officielle à Moscou. Un signe pour apaiser la Russie, qui craint le rapprochement de l’ancienne république soviétique avec l’Union européenne, alors qu’on murmure à Bruxelles la possibilité, à terme, d’une adhésion de l’Ukraine à l’UE.

Viktor Iouchtchenko et Vladimir Poutine

Viktor Iouchtchenko et Vladimir Poutine

La Frankfurter Rundschau ne fait pas montre d’un grand enthousiasme. Une réelle amitié, cordiale, n’est pas possible entre Viktor Iouchtchenko et Vladimir Poutine, écrit-elle. Pour Kiev, ce sera déjà bien si les relations ukraino-russes se contentent d’être normales, c’est-à-dire sans ingérence du Kremlin dans sa politique. Le quotidien de Francfort rappelle la réaction hostile de Vladimir Poutine durant les élections houleuses qui ont fini par porter Viktor Iouchtchenko au pouvoir. Et le journal note que le président syrien Bachar al- Assad a été accueilli plus chaleureusement que le président ukrainien lors de sa visite en Russie. Il ne reste donc plus à Viktor Iouchtchenko, conclut la Frankfurter Rundschau, qu’à espérer que sa visite à Moscou aura contribué à décrisper leurs relations et à les libérer du poids du passé.

Des relations pragmatiques, voilà comment la Frankfurter Allgemeine Zeitung analyse les aspirations de l’Ukraine post-« révolution orange » envers Moscou. La FAZ qui publie une caricature qui montre Viktor Iouchtchenko au volant d’une voiture de nuit et dans la neige. Un panneau indique la direction de l’Union européenne et de l’OTAN. Vladimir Poutine a arrêté le chauffeur et lui dit « J’ai fait déblayer la route pour toi, Viktor ». Et devant la voiture, on voit des clous menaçants joncher la route.

La Süddeutsche Zeitung, pour finir, qualifie le nouveau président ukrainien d’ « acrobate entre est et ouest ». Car l’Ukraine, bien que de plus en plus ouverte à l’Europe ne peut pas se permettre de se détourner complètement de Moscou. Le quotidien munichois s’amuse à comparer le caractère impénétrable du Kremlin avec celui du visage de son maître : Vladimir Poutine, qui ne laisse rien transparaître de ses émotions. Ainsi, un accueil accorte ne signifie pas que l’on est dans ses petits papiers. D’ailleurs l’accueil réservé à Viktor Iouchtchenko n’était pas accorte. Il faut dire que Moscou joue gros : si le président ukrainien parvient à démocratiser son pays et à le rapprocher de l’Europe, cela vaudra pour toute la région. Et, conclut la SZ, le système Poutine se sentirait menacé. À raison.

-------------------

Viktor Iouchtchenko a nommé sa camarade de campagne, Ioulia Timochenko, au poste de premier ministre. Une nomination considérée comme une « gifle » par Moscou. Rappelons en effet que Ioulia Timochenko est recherchée par la justice russe, pour tentative de corruption de membres de l’armée.

  • Date 25.01.2005
  • Auteur Sandrine Blanchard
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9f7
  • Date 25.01.2005
  • Auteur Sandrine Blanchard
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9f7
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !