1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Violents combats dans l'Est de la RDC

Depuis vendredi, les combats ont repris entre l'armée congolaise et les rebelles du M23 dans l'Est de la RDC. Des combats violents qui ne laissent rien présager de bon concernant la reprise des pourparlers de paix.

default

L'armée congolaise est entrée dimanche matin à Kiwanja, une localité jusque-là sous contrôle de la rébellion

Au troisième jour des combats entre l'armée congolaise et le Mouvement du 23 Mars, les nouvelles du front restent floues. Les FARDC et l'Onu affirment que le M23 perd du terrain mais ce dernier parle au contraire de "propagande". Après un peu moins de deux mois de trêve et quelques jours après l'interruption des pourpalers de paix engagés à Kampala en Ouganda, les affrontements ont en tout cas repris et se sont même étendus.

Fosses communes

Signe de la violence de ces combats : Julien Paluku, gouverneur de la province du Nord-Kivu a confirmé l'existence de deux fosses communes à Kibumba, une localité stratégique puisqu'elle verrouille la zone contrôlée par la rébellion plus au nord. Le gouverneur n'a pu donner de précisions sur le nombre de victimes mais il a réclamé une enquête internationale pour établir les responsabilités et le contenu de ces fosses avec des spécialistes.

Par ailleurs, un soldat tanzanien de la brigade d'intervention de l'Onu a été tué dimanche matin pendant la prise, par l'armée congolaise et la force des Nations Unies, de la localité de Kiwanja, tenue jusqu'ici par le M23. Le M23 qui a par ailleurs menacé de se retirer des pourparlers de paix de Kampala si les médiateurs n'obtenaient pas une "cessation immédiate des hostilités" en cours. Dimanche soir, le gouverneur provincial annonçait que les FARDC avaient également pris Rutshuru, autre place forte des rebelles.

Inquiétudes de la communauté internationale

Côté diplomatique justement, le chef de la Monusco Martin Kobler ainsi que la représentante spéciale de l'Onu pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson ont appelé l'armée et le M23 à faire preuve d'un maximum de retenue.

UN Sondergesandter Martin Kobler

Martin Kobler a également appelé les différents groupes armés « à libérer tous les enfants de leurs rangs ».

Dans un communiqué commun, ils demandent que les deux parties reprennent les pourparlers de paix suspendus le 20 octobre et qu'ils trouvent immédiatement un accord sur les problèmes en suspens.

De son côté, Washington s'est déclaré "inquiet" et a appelé "toutes les parties à s'abstenir d'actions menant à une escalade". Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne a exhorté "tous les acteurs de la région à empêcher une escalade et une internationalisation du conflit". A noter par ailleurs que le Rwanda a une nouvelle fois menacé Kinshasa de riposte après la chute d'engins explosifs sur son territoire. L'Onu a exigé une enquête à ce propos.

La rédaction vous recommande

L'Est de la RDC dans nos magazines

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !