1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Violences aux anciennes marches de l'URSS

Vingt-six personnes auraient été tuées aujourd'hui dans le sud du Kirghizistan et le gouvernement intérimaire a déclaré l'état d'urgence à Osh, la deuxième ville de ce pays

Les émeutes qui se sont produites à Osh auraient fait plus d'une vingtaine de morts

Les émeutes qui se sont produites à Osh auraient fait plus d'une vingtaine de morts

Le chiffre des victimes pourrait être plus élevé puisque celui-ci varie sans cesse et il y aurait aussi des centaines de blessés. Ce qui est sûr c'est que les heurts ont débuté cette nuit. Deux à trois mille personnes ont saccagé le centre de la ville de Osh et ces attroupements se sont dispersés avec l'envoi de militaires sur place et notamment de véhicules blindés. Le gouvernement intérimaire a déclaré l'état d'urgence et celui-ci devrait être maintenu jusqu'au 20 juin.

La ville où se sont déroulées ces émeutes est un fief de l'ancien président Kourmanbek Bakiev. Ce dernier a été renversé en avril dernier et désormais, c'est un gouvernement intérimaire qui est au pouvoir. Avec notamment une présidente, en l'occurrence Roza Otounbaieva qui a lancé un appel au calme à ses concitoyens : "Je vous demande de ne pas vous laisser provoquer et de ne pas vous laisser emporter par vos émotions. Renoncez à toute réaction spontanée qui pourrait faire de nouvelles victimes."

Sous l’œil de Moscou et Washington

Ces émeutes pourraient avoir une motivation politique car la situation dans ce pays est si instable qu'il a fallu annuler les prochaines élections qui étaient prévues en octobre. Qui plus est, la zone, politiquement instable mais géographiquement stratégique, fait que cette crise inquiète les grands voisins du Kirghizistan. Une région très instable car les frontières ne respectent pas les aires géographiques des différentes ethnies, c'est-à-dire les Kirghizes, les Ouzbeks, les Turkmènes et les Tadjiks.

Cela crée donc des tensions ethniques et politiques dans une région tampon entre la Russie et la Chine et surtout, située au nord de l'Afghanistan. Les Américains ont une base aérienne de ravitaillement à Manas, au Kirghizistan, pour laquelle ils sont en train de renégocier leur présence. Les Russes ont aussi une base militaire dans ce pays. Ceci explique pourquoi, à Moscou comme à Washington, on suit de près ce qui se passe au Kirghizistan.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Philippe Pognan

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !