1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Violences anti-américaines à Benghazi

Quatre personnes, dont l'ambassadeur des Etats-Unis ont été tuées dans l'attaque du consulat américain mardi soir à Benghazi. Le groupe armé à l'origine de l'attaque protestait contre un film jugé insultant pour l'islam.

Nombreux sont les Libyens de Benghazi qui ont protesté hier contre ce film. Selon eux, il offense l'islam. Le Congrès général national libyen s'est dit indigné par la vague de protestation qui a causé la mort par inhalation de fumée de diplomates américains.

A cet effet, Moati Monjib, vice-président du Comité scientifique du Codescria, Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique, basé au Maroc se dit attristé : « La meilleure façon de s’opposer a ces attaques contre l’islam, c’est de garder sa dignité et de dire que la liberté d’expression passe avant toute autre chose et que l’islam n’est pas le seul visé par la presse qui relève des articles de libres penseurs. Mais ce que je rappelle c’est que toutes les religions font parfois l’objet de critique de la part de films ou d’articles de presse et on ne peut pas continuer à donner une mauvaise image de l’islam et des musulmans en agressant physiquement ceux qui sont considérés responsables de ces attaques. »

L'attaque du consulat américain a fait quatre morts

L'attaque du consulat américain a fait quatre morts

Trop grande médiatisation ?

Pour Riadh Sidaoui, du Centre arabe de recherches et d'analyses politiques et sociales de Genève, ces violences peuvent prendre fin à une seule condition : « Le problème, c'est que les médias commencent à parler nuit et jour de petits problèmes, les extrémistes profitent de la situation comme les terroristes aussi ; ils ont toujours profité des médias. Et le terrorisme sans les médias ne vaut rien du tout. La même chose pour les intégristes, qu’ils soient des intégristes chrétiens ou islamiques : sans la médiatisation, leurs actes n’ont aucun effet, aucun impact sur le déroulement de la vie quotidienne. » 

En Egypte, également près de trois milles personnes ont manifesté devant l'ambassade américaine au Caire. C'est le cinéaste israélo-américain, Sam Bacile, qui a réalisé le film qui provoque actuellement la colère de certains musulmans.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton a déclaré que les Etats-Unis déplorent toute entreprise qui vise à dénigrer les croyances religieuses d'autrui, mais elle a ajouté que rien ne pouvait justifier la violence.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !