1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Violences à Kaga Bandoro

En RCA, des affrontements ont éclaté mardi entre ex-rebelles Séléka et milices chrétiennes anti-balaka à Kaga Bandoro. Deux jours plus tard, la situation reste tendue dans cette ville située à 300 km au nord de Bangui.

default

Selon la force africaine de la Misca, treize personnes, dont deux civils, ont été tuées dans les affrontements à Kaga Bandoro

A en croire la Misca, tout serait parti d'une attaque des miliciens chrétiens anti-balaka contre les ex combattants de la Séléka, à la suite d'une tentative de vol. Très vite la situation a dégénéré et tourné en affrontements ouvrant la voie à des actes de pillages et d'incendie de nombreuses maisons. En dépit d'un calme relatif ce jeudi, les populations vivent dans la crainte selon un habitant de Kaga Bandoro que nous avons joint sur place : « la population s'inquiète vraiment par rapport à toutes les exactions. Le bloc centre commercial s'est déporté au niveau du quartier administratif car il y a des pillages après les accrochages. »

Nombreuses attaques dans le nord-est

Ces violences à Kaga Bandoro ne sont pas des faits isolés. Depuis plusieurs semaines maintenant le nord-est de la Centrafrique est l'une des régions les plus sensibles et instables du pays. Des attaques de nombreux villages y sont signalées. Brice Kapayen est membre du conseil national de transition. Il explique ces violences par la porosité des frontières. « Jusqu'ici nos forces armées ne sont pas encore réhabilitées alors que ce sont elles qui connaissent le mieux notre territoire. Cette porosité fait que les éléments armés qui sont là (...) peuvent entrer et sortir comme bon leur semble. »

Face à ces violences qui n'en finissent pas la présidente par intérim, Catherine Samba-Panza, s'est engagée mardi à remanier son gouvernement afin de le rendre plus représentatif et plus efficace pour ramener la paix. On est pour le moment dans l'attente de l'effectivité de cette décision.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !